Mody Guiro rappelle le seuil de représentativité syndicale donnant droit à des subventions publiques
APS
SENEGAL-SOCIAL

Mody Guiro rappelle le seuil de représentativité syndicale donnant droit à des subventions publiques

Dakar, 17 jan (APS) - Les organisations syndicales ayant obtenu au moins 10% des suffrages à l’issue des élections de représentativité prévues en mai prochain peuvent seules prétendre à des subventions publiques, a rappelé le secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS), Mody Guiro.
 
"Les organisations syndicales qui auront 10% (à l’issue des élections de représentativité qui doivent se tenir en mai normalement) seront considérées comme représentatives" a-t-il expliqué dans un entretien paru dans l’édition de mardi du quotidien privé L’Observateur.
 
Les structures syndicales qui "n’auront pas de représentants dans les institutions, ne bénéficieront pas de la subvention de l’Etat", a dit le responsable syndical.
 
"Nous avions été très clairs avec les autorités. Avant d’aller à ces élections, il faut nécessairement que l’on dise à partir de quel taux, on peut se dire représentatif", a indiqué Mody Guiro.
 
Certains syndicats "ont dit 5%, nous avons refusé et proposé 15%. Finalement, nous avons trouvé un consensus sur 10%", a-t-il ajouté.
 
"Nous avons exigé les élections de représentativité qui doivent se tenir en mai normalement pour clarifier le jeu au Sénégal où il y a près de 20 syndicats, 18 centrales syndicales, alors que dans des pays où il y a des millions de travailleurs, vous avez une organisation syndicale ou deux", a souligné Mody Guiro.
 
Selon le patron de la CNTS, cette clarification est d’autant plus nécessaire que "tout le monde dit vouloir représenter les travailleurs, et il y a une pléthore de syndicats au Sénégal où on a moins de 400.000 travailleurs dans le secteur structuré, fonction publique et privée".
 
S’y ajoute que "le mouvement syndical sénégalais est faible parce que fragmenté’’, a poursuivi Mody Guiro, avant d’appeler à "une réglementation qui passe par l’organisation d’un dialogue social bien compris et qui s’appuie sur des organisations réellement représentatives".
 
Il a par ailleurs appelé à la construction d’un "mouvement syndical fort" qui sera porté par des "institutions syndicales fortes, parce qu’unies et crédibles".
 
"Dans le cas contraire, il est évident que dans la prise en charge des revendications des travailleurs, on perdra beaucoup de temps et d’énergie" a affirmé Mody Guiro.
 



PON/BK