Médina Baye : la bonne affaire des commerçants
APS
SENEGAL-SOCIETE

Médina Baye : la bonne affaire des commerçants


Kaolack, 19 nov (APS) – Le Maouloud, au-delà de son caractère religieux, offre l’occasion à certains commerçants sénégalais et étrangers, qui viennent le célébrer à Médina Baye (Kaolack), de faire de bonnes affaires en proposant divers articles aux pèlerins soucieux de garder un souvenir de leur déplacement.

A chaque édition de la manifestation religieuse qui commémore la naissance du Prophète Mohamed, ils se donnent rendez-vous au marché central de la cité religieuse et dans les divers endroits aménagés pour eux. Une aubaine pour les pèlerins qui viennent s’arracher les produits venus de la Mauritanie, du Nigéria et d’ailleurs.
 
Originaire de la Mauritanie, Mouhamed Siby, la quarantaine révolue, ne rate plus depuis 10 ans le rendez-vous avec ses clients, à chaque édition du Gamou, autre nom du Maouloud au Sénégal.

Les détaillants font partie de ses clients et en profitent pour se fournir auprès de lui en produits.
 
"Depuis plus de 10 ans, je n’ai jamais manqué un seul gamou. Je viens un mois avant et je rentre un mois après. C’est l’occasion pour moi d’écouler plus de marchandises que pendant toute une année en Mauritanie", confie-t-il.
 
"Je vends des tissus de toutes sortes : des basins riches, des voiles, etc. à des prix abordables variant entre 3000 et 8500 FCFA. Nous vendons aux pèlerins mais aussi aux commerçants détaillants qui viennent acheter des tissus en gros pour les revendre après le gamou", confirme Mouhamed.
 
Mouhamed Yassin, vendeur de babouches marocaines et diverses chaussures, abonde dans le même sens et prie pour que cet évènement se tienne avec une plus grande fréquence.
 
"J’aurais aimé qu’il y ait Gamou tous les deux mois. En plus des prières et des bénédictions, c’est vraiment l’occasion pour le commerçant que je suis, de faire de bonnes affaires", indique ce commerçant du royaume chérifien.
 
Les vendeurs de chapelets, de photos et autres gadgets à l’effigie d’Elhadj Ibrahima Niass, l’une des plus grandes figures de l’islam au Sénégal, objets les plus prisés, réalisent sans conteste leurs plus grosses affaires en cette période.
 
"Les photos et gadgets avec l’image de Baye Niass se vendent comme de petits pains. Pratiquement, chaque pèlerin en achète en guise de souvenir du gamou", se réjouit Matar Fall, debout devant son étal.
 
Bien que faisant de bonnes affaires, les commerçants n’en dénoncent pas moins les cas de vols dont ils sont victimes.

Aussi réclament-ils plus d’assistance de la part des forces de l’ordre pour dissuader les malfaiteurs.

AFD/AMD/ASG/BK