’’Tout le monde fait comme bon lui semble’’, déplore l’imam ratib de Mbour
APS
SENEGAL-TABASKI-SERMON-INDISCIPLINE

’’Tout le monde fait comme bon lui semble’’, déplore l’imam ratib de Mbour

Mbour, 21 juil (APS) - L’imam ratib de la grande mosquée de Mbour (ouest) Papa Ibrahima Faye a dénoncé mercredi l’"indiscipline notoire" qui caractérise la société sénégalaise et qui n’est pas étrangère selon lui à certaines catastrophes et autres pandémies.

"Par rapport à la crise sanitaire qui prévaut dans le monde avec la pandémie de Covid-19, il ne faut accuser personne. Chaque individu doit se sentir coupable et se dire qu’il a une responsabilité dans cette situation sanitaire sans précédent", a-t-il dit. 
 
"Les gens ne sont plus éduqués et font tout comme bon leur semble, alors qu’il y a des règles de vies à adopter pour pouvoir éviter certaines situations malheureuses", a ajouté l’imam.
 
Papa Ibrahima Faye a dirigé la prière de l’Aïd-el-kébir au terrain Santessou du quartier Thiocé-est, dans la capitale de la Petite-Côte.
 
Dans son sermon, l’imam est revenu sur le sens et l’importance de la fête de l’Aïd-el-kébir, avant de recommander aux fidèles de garder foi en Dieu, de respecter les préceptes de l’islam et les recommandations de la tradition prophétique.
 
"On note, de plus en plus, une indiscipline notoire dans notre pays et cela s’explique surtout par le fait que les gens ne sont plus éduqués, aussi bien dans les établissements scolaires, dans les rues que dans les maisons", a-t-il relevé. 
 
"On pourrait même dire que ceux qui étaient chargés de l’éducation des enfants ne sont pas non plus éduqués", a poursuivi l’imam ratib de la grande mosquée de Mbour.
 
Il estime que l’éducation des enfants commence d’abord dans le cercle familial. Seulement, "il y a une réelle fuite des responsabilités de certains parents", ce qui explique selon lui "la situation inquiétante" prévalant au Sénégal avec l’apparition de certaines pratiques non recommandées par l’islam. 
 
"Aucune richesse, aucun statut ou privilège sur terre ne valent le paradis que nous a promis Dieu. La vie sur terre est tellement éphémère que, quels que soient les avantages que nous pouvons y avoir, nous devons penser à l’au-delà, qui est inévitable", a dit l’imam à l’endroit des nombreux fidèles venus assister à la prière collective de l’Aïd-el-kébir.
 
Le guide religieux a aussi dénoncé "le comportement irresponsable" de certains individus, qui de par leur position, "n’hésitent à maltraiter leur prochain, à voler leurs biens et même à porter atteinte à l’intégrité physique des gens". 
 
Il s’est aussi indigné de l’attitude "certains droits-de-l’hommistes" qui, selon lui, "ne se gênent même pas à défendre des gens même si leur culpabilité est avérée".
 
ADE/BK