Hausse du prix de l’électricité : ’’Nio Lank’’ va poursuivre son combat
APS
SENEGAL-ENERGIE

Hausse du prix de l’électricité : ’’Nio Lank’’ va poursuivre son combat

Dakar, 20 déc (APS) – Le collectif ’’Nio Lank’’ n’entend pas arrêter les manifestations contre la hausse des prix de l’électricité en dépit des arrestations, selon un de ses membres, Mamadou Miniane Diouf.
 
Le collectif ’’Nio Lank Nio bagne’’ n’a pas pu tenir son rassemblement à la Place de l’Indépendance pour protester contre la hausse des prix de l’électricité, vendredi après-midi, la police ayant bouclé les lieux et interdit tout rassemblement.
 
Le rassemblement du collectif +Nio Lank+ a été interdit par le préfet de Dakar.
 
La Police a fait usage de bombes lacrymogènes pour interdire la Place de l’Indépendance aux manifestants.
 
Les policiers ont même fait usage de gaz lacrymogène pour disperser la presse. Les journalistes Ablaye Ndiaye de DTV et Migui Marame Ndiaye de E-Média ont été arrêtés puis libérés, ce qu’a dénoncé vivement le Secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS).
 
’’Quel que soit le nombre d’arrestation de personnes parmi nous, le collectif n’entend pas arrêter cette revendication légitime face à l’augmentation illégale, immorale et injustifiée du coût de l’électricité qui, déjà est suffisamment cher’’, a déclaré Mamadou Miniane Diouf, responsable du Forum social sénégalais. 
 
’’Il y a quinze arrestations que nous avons notées (…)’’, a-t-il déclaré, lors d’une conférence de presse.
 
Selon lui, ’’les gens qui ont été arrêtés par la police avaient juste fait le déplacement pour pouvoir faire entendre leur mécontentement contre la hausse injustifiée du coût de l’électricité’’.
 
’’Lorsque nous avons reçu la notification comme quoi la manifestation n’a pas été autorisée, nous avions saisi la Cour suprême. Nous avons fait ce que la loi nous permet de faire et dans de pareils cas la Cour suprême à l’obligation de traiter le dossier au plus tard dans huit jours’’, a-t-il souligné.
 
Les médias font état de nombreuses arrestations dont celles de Alioune Sané, le coordonnateur du Mouvement ‘’Y en a marre’’, de Thierno Bocoum, leader du parti AGIR, Cheikh Sadibou Diop, du mouvement Alerte, du rappeur Cyril Touré alias Thiat, du mouvement ’’Y en a marre’’. 
 
Pour le coordonnateur du Mouvement Génération des forces citoyenne (GFC), membre du collectif ‘’Noo Lank’’, Mame Cheikh Seck ‘’la manifestation a été sabotée par les gens du pouvoir’’ qui ont introduit une autre requête similaire à leur demande d’autorisation de marche.
 
Selon lui, ’’le dispositif sécuritaire déployé par la police aurait été largement suffisant pour couvrir une manifestation pacifique dont le but est de dénoncer la hausse du coût de l’électricité’’.
 
Il a déploré ‘’l’arrestation des manifestants’’, avant de demander leur libération ‘’dans les plus brefs délais’’. 
 
Le collectif ’’Nio Lank Nio bagne’’ avait organisé une marche contre la hausse des prix de l’électricité le vendredi 13 décembre. La manifestation autorisée était partie de la Place de la Nation au rond-point de la RTS. 
 
En dépit d’une interdiction préfectorale de leur marche pour ’’imprécision de l’itinéraire, risque réel de trouble à l’ordre public’’, des manifestants avaient réussi, le 29 novembre, à s’accrocher aux grilles du palais de la République pour protester contre la hausse annoncée du prix de l’électricité. 
 
Guy Marius Sagna, Babacar Diop et 7 autres individus avaient été arrêtés et placés sous mandat de dépôt. 
 
Babacar Diop et 4 manifestants ont bénéficié ce vendredi d’une liberté provisoire. 
 
Une hausse de 6% sur la Moyenne et la haute tension et une hausse de 10% sur la Basse tension en épargnant les consommateurs des clients domestiques sur la 1ere tranche sont entrées en vigueur depuis le 1er décembre. 
 
La Société nationale d’électricité (Senelec) évoque un manque à gagner de 12,191 milliards de FCFA enregistré par ses services depuis le début du dernier trimestre 2019.


DS/OID/ASB