Louga : la pandémie et ses conséquences, des faits divers tragiques en 2020
APS
SENEGAL-SOCIETE-RETRO

Louga : la pandémie et ses conséquences, des faits divers tragiques en 2020

Louga, 28 déc (APS) - La pandémie de la Covid-19 n’a pas épargné la région de Louga qui a également vécu en 2020 des faits divers tragiques.

Sur le plan épidémiologique, la région de Louga a enrégistré son premier cas le 5 avril. Huit mois après, la région compte près de 150 cas et sept décès.

Le meurtre d’un homme âgé d’une soixante d’années, le décès tragique de deux enseignants dans un accident de la circulation ont également marqué les esprits en 2020.
 
Le 6 mars, un polygame âgé d’une soixantaine d’années est tué par balle, tôt le matin devant son domicile de Ndiang Fall, à Nguidila, une commune des faubourgs de Louga (nord).
 
Début décembre, le décès tragique de deux enseignantes dans un accident survenu aux environs du village de Dokhoba sur la route Linguère-Matam a ému toute la région et au-delà. 
 
Leur véhicule particulier qui avait à son bord six personnes est entré en collision avec un camion. Le choc a entrainé la mort de cinq personnes dont les deux enseignantes, Ngoné Guèye et Aïssatou Ndiaye.
 
Les deux jeunes femmes nouvellement sorties du Centre régional de formation du personnel de l’éducation de Louga regagnaient leurs premiers lieux d’affectation.
 
En 2020, le marché central de Louga a connu un incendie qui s’est déclaré durant la nuit au niveau de la partie réservée à la vente de légumes, consumant 20 cantines et 9 étals.
 
Dans le secteur de l’éducation, la première édition des cours de vacances gratuits pour les élèves à l’initiative du Collectif Navétanes scolaires reste également un fait marquant.

L’initiative visait à améliorer le niveau des apprenants fortement affecté par la pandémie de la Covid-19.
 
Un prêt de 74.250.000 francs CFA a été octroyé aux éleveurs et aux acteurs de l’économie sociale et solidaire en juillet par le ministère de la Microfinance.

Au chapitre des projets lancés dans la région, figure le programme d’appui à l’insertion des jeunes ruraux agri-preneurs (agri-jeunes Tekki Ndawni) 
 
Le projet d’un coût de 54 milliards de francs CFA cible principalement les jeunes âgés entre 15 et 35 ans habitant en milieu rural, autour des chaines de valeur sylvo-agropastorales et halieutiques.
 

SK/OID/MD