Le rôle de persuasion du Conseil mondial de l’eau rappelé par son président
APS
SENEGAL-ECONOMIE-EAU

Le rôle de persuasion du Conseil mondial de l’eau rappelé par son président

Dakar, 4 juin (APS) – Le Conseil mondial de l’eau s’est donné pour rôle de convaincre les pouvoirs politiques locaux et internationaux à accroître les ressources en eaux et d’assurer un rééquilibrage de la disponibilité des ressources hydrauliques, a laissé entendre, vendredi à Dakar, son président, Loïc Fauchon.
 
‘’Notre rôle est de convaincre les pouvoirs politiques à travers le monde, ceux internationaux comme l’ONU, la banque Mondiale et les grandes agences, ceux nationaux, à travers les Etats mais aussi locaux, car les villes ont de plus en plus de responsabilités en matière d’eau’’, a-t-il notamment indiqué lors d’un entretien avec des journalistes.
 
L’ancien directeur général du Groupe des eaux de Marseille, en France, séjourne à Dakar dans le cadre des préparatifs du Forum mondial de l’eau que la capitale sénégalaise abrite du 21 au 26 mars 2022.
 
Il faut les convaincre, parce que la quête de l’eau, la satisfaction des besoins hydriques, et l’accès à l’eau relèvent d’une décision politique. Le rôle et le combat du Conseil mondial de l’eau se résume aussi à l’accroissement des ressources en eau et à une rationalisation de sa consommation, a fait savoir Fauchon
 
Il a insisté sur la nécessité d’œuvrer pour rééquilibrer les ressources en eaux, en produisant beaucoup plus d’eau et en consommant moins et mieux. ‘’C’est cela l’enjeu du forum de Dakar, c’est-à-dire apporter des réponses concrètes aux populations qui vont résoudre les problèmes et non des discours’’, a-t-il analysé.
 
Le président du Conseil mondial de l’eau a rappelé qu’il existait encore une inégalité dans la consommation d’eau dans le monde, en précisant par exemple qu’un américain consomme 180 litres d’eau par jour et par personne, 150 à 180 litres pour un européen et 20 pour un palestinien’’.
 
Il a dans le même temps appelé à faire en sorte de combiner les progrès technologiques à celles politiques.
 
‘’Les solutions technologiques que sont le dessalement de l’eau de mer, la réutilisation des eaux usées, les transferts d’eau sur de longue distance et le pompage profond sont maîtrisées et assez coûteuses parfois’’, a-t-il ajouté.
 
AT/AKS/ASB