Echanges entre  femmes journalistes et spécialistes sur les questions spécifiques de la migration
APS
SENEGAL-SOCIETE

Echanges entre femmes journalistes et spécialistes sur les questions spécifiques de la migration

Dakar, 16 oct. 18 (APS) – Les femmes journalistes sénégalaises membres de l’association ‘’Les Panafricaines’’, ont échangé mardi avec des spécialistes sur les questions spécifiques de la migration au Sénégal.
 
Cette rencontre est organisée à Dakar en prélude de la 2ème édition du Forum des femmes journalistes d’Afrique, qui se tiendra à Casablanca (Maroc) les 26 et 27 octobre, sous le thème ‘’Migrations Africaines : une chance sur le continent, une responsabilité pour les médias’’.
 
‘’Nous avons voulu, en tant que membres de l’association Les Panafricaines, nous retrouver afin d’échanger avec les spécialistes des questions migratoires sur ce phénomène […]’’, a expliqué Hourèye Thiam, membre de cette association. Elle a précisé que le but est d’’’approfondir la réflexion et préparer la grande rencontre internationale au Maroc afin de venir avec des propositions du Sénégal’’.
 
Cet évènement à laquelle doivent prendre part 204 journalistes des 54 pays du continent africain, ‘’ sera, a-t-elle dit, une occasion d’exposer le vécu particulier du Sénégal qui vit difficilement cette situation tel un drame’’.
 
Elle estime que ‘’la migration irrégulière est en train de prendre le dessus alors qu’on a d’autres formes de migrations : la migration intellectuelle, celle des étudiants, celles des professionnels’’.
 
Elle pense qu’en matière de migration, ‘’même s’il y a eu des avancées manifestes au sein de la CEDEAO, il reste encore beaucoup de barrières à franchir entre les pays du continent’’.

‘’Aujourd’hui, en tant que femmes, nous voulons tirer la sonnette d’alarme, renforcer la sensibilisation, renforcer les échanges, faire de telle sorte que la situation dans les différents pays africains soit exposée lors de ce forum de Casa [Casablanca] et que chacun comprenne ce qui se passe chez l’autre ’’, a-t-elle ajouté.
 
Tout en se félicitant de l’initiative portée par les femmes, Mamadou Mignane Diouf, spécialiste des questions migratoires et coordonnateur du forum social sénégalais, a suggéré ‘’ qu’on ramène le débat de la migration à sa dimension humaine et naturelle’’. Il s’agit d’éviter ainsi d’’’en faire un fait divers qui veut faire croire que la migration a commencé aujourd’hui avec tous les problèmes dont on parle ‘’.
 
‘’Il n’y pas de crise migratoire, mais plutôt de crise dans la gestion des dynamiques migratoires faute de réponses immédiates, de politiques durables et efficaces au besoin des populations de vouloir bouger ‘’, soutient-il.
 

SOD/ASG