Les agents de santé appelés à davantage communiquer sur le danger des médicaments de la rue
APS
SENEGAL-SANTE

Les agents de santé appelés à davantage communiquer sur le danger des médicaments de la rue

 Diamagadio (Kaffrine), 6 mars (APS) – Le médecin-chef de la région médicale de Kaffrine (centre), Dr Moustapha Diop, a appelé, vendredi, les agents de santé à davantage sensibiliser les populations sur les méfaits des médicaments de la rue.
 
Cette sensibilisation doit porter sur les ‘’multiples dangers que constituent les médicaments contrefaits et de la rue’’, a-t-il estimé au terme de la reconstitution de la dernière saisie de faux médicaments par la subdivision des douanes de Kaffrine à Ndiaobambali, dans la commune de Diamagadio, département de Kaffrine.
 
Il a rappelé que ‘’les médicaments doivent obéir à un certain nombre de règles’’. Il soutient que les agents de santé du pays, qui ‘’sont suffisamment outillés et formés’’, ‘’doivent donc communiquer avec les populations afin de lutter définitivement contre ce fléau’’.
 
Il avertit qu’en raison du fait qu’ils ‘’n’ont pas de principe actif, les faux médicaments ne soignent pas mais entraînent des ‘’conséquences très graves sur le plan de la santé’’, comme ‘’les problèmes de résistance aux antibiotiques, les problèmes d’insuffisance rénale et hépatiques’’. 
 
‘’Le médicament guérit ou prévient la maladie chez la personne ou chez l’animal, mais à condition qu’on soit sûr de son origine et de sa qualité mais surtout du respect des normes en matière de transport’’, a-t-il déclaré. 
 
Selon lui, dans la région de Kaffrine, le taux de disponibilité des médicaments essentiels est de 80%. ‘’Les statistiques de 2019 ont montré que l’essentiel des médicaments sont à Kaffrine’’, a-t-il assuré. 
 
Il révèle que selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à peu près 7.000 personnes meurent chaque année à cause de la consommation des médicaments de la rue et contrefaits.
 
La subdivision des douanes de Kaffrine (centre) a saisi en moins de deux semaines 2, 6 tonnes de faux médicaments d’une valeur de 85 millions de francs CFA à Ndiaobambali, dans la commune de Diamagadio.

MNF/ASG/MD