Le professionnalisme des journalistes Sénégalais servant au Maroc apprécié par leurs employeurs (ambassadeur)
APS
SENEGAL-MAROC-MEDIAS

Le professionnalisme des journalistes Sénégalais servant au Maroc apprécié par leurs employeurs (ambassadeur)

+++De l’envoyée spéciale de l’APS : Seynabou Ka+++

Rabat (Maroc), 18 mai, (APS) - Les journalistes Sénégalais diplomés des Universités marocaines et travaillant dans des organes de presse du Royaume chérifien font un travail "très apprécié" par leurs employeurs a souligné l’Ambassadeur du Sénégal au Maroc, Amadou Sow.
 
 
"Il y a beaucoup de journalistes Sénégalais qui restent après leurs études et qui travaillent dans les organes de presse. Aujourd’hui, vous ne pouvez pas ne pas trouver un journaliste sénégalais. Ils sont très bien et bien appréciés par les marocains", a dit le diplomate dans un entretien avec l’APS.
 
"Les marocains ont de plus en plus de difficultés à avoir des journalistes francophones qui écrivent en français, car ici l’enseignement de base se fait en arabe", selon Amadou Sow.
 
Cette intégration, poursuit-il, est facilitée par un accord d’établissement signé en 1964 entre les deux pays et qui donne pratiquement aux sénégalais vivant au Maroc, un régime d’assimilation.
 
"Cela veut dire que les organes de presse et toutes les entreprises marocaines n’ont plus besoin d’une autorisation du ministère chargé de l’emploi pour embaucher un sénégalais, ils les recrutent comme il le ferait avec un marocain et c’est valable pour les marocains qui vivent au Sénégal", a fait savoir Amadou Sow.
 
Outre les écoles de journalisme, explique-t-il, il y a à Casablanca un institut qui forme des comptables Sénégalais de haut niveau et beaucoup d’entre eux sont, après leurs études, "immédiatement happés" par le marché du travail et ils restent au Maroc.
 
"De même que beaucoup d’ingénieurs sont formés et ils restent travailler parce qu’il y a beaucoup d’entreprises prêtes à les embaucher", a dit le diplomate Sénégalais.
 

SK/PON