Le Maroc veut se doter d’un laboratoire  de recherche sur l’eau
APS
MONDE-SOCIETE-HYDRAULIQUE-INNOVATION

Le Maroc veut se doter d’un laboratoire de recherche sur l’eau

De l’envoyée spéciale de l’APS : Sokhna Bator Sall

Ben Guerir (Maroc), 26 oct (APS) - Le Maroc envisage de se doter d’un laboratoire de recherche académique sur l’eau, dans l’optique d’influer sur la problématique du climats et de ses aléas, a annoncé vendredi à Ben Guerir, Driss Ouazar, directeur de l’Institut international de la recherche sur l’eau, une dépendance de l’Office national marocain de l’électricité et de l’eau potable (ONEP).

"Il y a plusieurs aspects à mettre en œuvre pour une vision aussi importante’’, à savoir examiner "les aspects liés à l’eau depuis le climat et ses aléas", a indiqué M. Ouazar, en marge de l’ouverture d’une conférence internationale sur "les métriques et techniques d’adaptation pour l’eau, l’agriculture et les villes résilientes".
 
"Cette institution est en train d’être construite et il reste à sensibiliser les gens aux questions de l’eau, par rapport à son usage, aux risques, au recyclage, à la disponibilité et à la raréfaction de cette ressource", a-t-il noté, sans donner de date relative à la création de ce laboratoire.
 
Il s’agira, selon lui, de "former certains esprits, ingénieurs et développeurs d’infrastructures liées à l’eau, pour les amener à avoir "une bonne compréhension du système"
 
"C’est une ressource qu’il faut préserver en termes de quantité mais aussi de qualité. Il faut aller la chercher car les pluies deviennent rares", a souligné le chercheur, avant d’ajouter qu’il faut partir du recyclage des eaux usées, du dessalement des eaux de mer. Il a également évoqué la déminéralisation des eaux saumâtres.
 
Interpellé sur la participation de l’expertise africaine à ce projet, M. Ouazar explique qu’une synergie avec l’existant dans des pays africains "permettra de voir quel format adopter tout en prenant en compte l’ambition marocaine de faire émerger cette infrastructure".
 
"Nous voudrions servir de hub stratégique et de pont sur l’échiquier international, de manière à former les futurs leaders marocains qui puissent développer les aspects liés à l’eau en termes technique, économique, tout en rationalisant les besoins, l’offre et la demande", a indiqué Driss Ouazar.
 
SBS/BK/OID/AKS