Aliou Ndiaye :
APS
SENEGAL-SOCIETE

Aliou Ndiaye : "L’homosexualité et le mariage homosexuel sont incompatibles avec nos croyances religieuses’’

Dakar, 15 nov (APS) – Le conseiller technique du président de l’ONG ‘’Libre Afrique Sénégal’’, Aliou Ndiaye, a jugé vendredi que l’homosexualité et le mariage homosexuel sont incompatibles avec la culture et les croyances religieuses des Sénégalais. 
 
‘’On veut nous imposer le mariage homosexuel mais, malheureusement, c’est incompatible avec nos croyances culturelles et religieuses’’, a-t-il déclaré. 
 
Aliou Ndiaye intervenait au cours d’une conférence sur le thème : ‘’Liberté d’expression au Sénégal : Entre l’ingérence étatique et le conservatisme religieux, comment restaurer la liberté fondamentale de toute démocratie fondamentale ?’’
 
Il a rappelé que le Sénégal bénéficie d’un ‘’héritage religieux qui fait que tout ce que nous faisons, on l’articule souvent avec cette religion [l’Islam] qui domine pratiquement dans notre pays’’. 
 
‘’Il faudrait que les gens du Nord [les Occidentaux] sachent qu’on ne peut pas accepter cette orientation sexuelle qui est un peu orientée en fonction de leurs réalités’’, a-t-il martelé, soulignant ‘’l’importance d’articuler l’Etat de droit en fonction de nos croyances religieuses et de nos réalités culturelles’’. Selon lui, ’l’Etat de droit et les libertés sont d’une importance capitale’’. 
 
‘’Certes, les libertés sont là, mais nous avons nos réalités’’, a-t-il rappelé, citant l’exemple de ‘’la polygamie qui est autorisée par la religion musulmane alors que les Européens qui se disent très civilisés, ne l’acceptent pas dans leurs codes […]’’.
 
Il explique que Libre Afrique ‘’s’inspire du libéralisme sur le plan économique’’, estimant que l’absence de liberté se traduit par des ‘’entraves au développement’’. ‘’C’est pourquoi nous mettons le focus sur cette expression de liberté’’, a-t-il expliqué. 
 
Le président de l’ONG Libre Afrique Sénégal, Maguèye Sow, a insisté lui, sur ‘’la restriction parfois de certaines libertés, comme l’interdiction des marches qui entravent l’exercice de la liberté d’expression’’. 
 
‘’Quand on parle de la liberté, on fait allusion à l’épanouissement, car la liberté permet au citoyen d’avoir un cadre qui lui permet d’exercer ses activités, aussi d’avoir une protection totale’’, détaille-t-il.

DS/ASG