Le directeur régional du FNUAP sur la prochaine Conférence sur la population : ’’Nairobi sera un tournant’’
APS
MONDE-SOCIETE

Le directeur régional du FNUAP sur la prochaine Conférence sur la population : ’’Nairobi sera un tournant’’

Dakar, 1er nov (APS) - La prochaine Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD+25) prévue à Nairobi (Kenya), du 12 au 14 novembre, "sera un tournant important pour l’avenir du continent" africain, prédit le directeur régional du Fonds des Nations unies pour la Population (FNUAP) pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.
 
Cette rencontre sera "une opportunité pour passer à l’échelle afin de répliquer les bonnes expériences qui sont en train de marcher", a-t-il indiqué dans un entretien avec l’APS, en perspective de la prochaine Conférence internationale sur la population (CIPD +25), prévue à Nairobi, au Kenya ((12-14 novembre), sur le thème : "Accélérer les promesses".

"Nairobi sera donc un tournant important pour l’avenir du continent. Ce sera l’étape de taille pour renverser les tendances lourdes. C’est une étape décisive pour la construction de l’Afrique que nous voulons. Ce qui se passera après Nairobi, va influencer la paix et la sécurité de l’Afrique, de l’Europe et du monde entier", a-t-il dit.

Selon Mabigué Ngom, la Conférence internationale sur la population et le développement de Nairobi se présente également comme "une occasion pour les jeunes qui sont nés après 1994 de se mobiliser pour réaliser les promesses faites au Caire".

A l’issue de la Conférence CIPD du Caire, à laquelle avaient participé 11 000 représentants de gouvernements, d’organisations non gouvernementales (ONG), d’agences internationales et de militants, un consensus jugé sans précédent avait été trouvé.

Le Programme d’action du Caire (PDA) se voulait d’autant plus ambitieux et contient plus de 200 recommandations pour cinq objectifs étalés sur 20 ans dans les secteurs de la santé, du développement et du bien-être social

Les gouvernements ont en effet reconnu que les politiques démographiques devaient prendre en considération le développement social au-delà des services de la planification familiale, et plus particulièrement la promotion de la femme, et que la planification familiale devait être offerte dans le cadre d’un train de mesures plus complet sur la santé de la reproduction. 

Les jeunes doivent désormais "s’engager en jouant un rôle de leadership pour qu’après Nairobi, ils soient des acteurs de la rupture. Ils doivent mettre en œuvre les engagements qui seront pris à Nairobi", a insisté Mabigué Ngom. 

Selon le directeur régional de l’UNFPA, "que ce soit l’accélération ou la réplication du changement de comportement au niveau des institutions entre autres, ces jeunes peuvent être porteurs du changement et de la rupture dont nous voulons pour une Afrique meilleure". 

"Nous souhaitons que ces jeunes en particulier les garçons changent d’attitude vis-à-vis des filles qui sont leurs sœurs. C’est aussi des jeunes qui prendront les décisions demain en ce qui concerne l’utilisation des ressources. S’il y a une chose que je peux dire c’est que les jeunes africains sont extrêmement engagés. Ils partiront à Nairobi unis, avec une feuille de route très claire et se feront entendre", a-t-il déclaré.

Un autre parti tient au fait que "les uns et les autres doivent s’engager à respecter leurs engagements. C’est un engagement pour respecter les engagements. Malgré les problèmes que nous avons ici et là, il y a un potentiel, un espace fiscal qui existe dans les pays en général mais également dans la communauté internationale", a relevé M. Ngom.

"Il faut aller au-delà de l’expression de la volonté politique pour arriver à sa concrétisation à tous les endroits. A ce niveau, je prendrai l’exemple de la feuille de route de l’Union africaine pour la capture du dividende démographique. 22 pays de la sous-région sur 23 ont lancé cette feuille de route avec un profil de dividende démographique", a-t-il souligné.

S’y ajoute que "dans 9 pays, nous avons mis en place un Observatoire qui nous permet de piloter la capture du dividende démographique". 

"Au cœur de la capture du dividende démographique, se trouve la question de la mortalité maternelle, la question de l’accès aux services de planification familiale mais également le mariage des enfants qui pèse sur la mortalité maternelle", a signalé le directeur régional de l’UNFPA

SKS/BK