Le CICR promet d’accompagner l’organisation du 9ème Forum mondial de l’eau
APS
SENEGAL-MONDE-HYDRAULIQUE

Le CICR promet d’accompagner l’organisation du 9ème Forum mondial de l’eau

Dakar, 23 avr (APS) - Le secrétaire exécutif du Forum mondial de l’eau, Abdoulaye Sène, et la cheffe de la délégation régionale du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Valentina Bernasconi, ont signé jeudi un accord de partenariat, a constaté l’APS.
 
‘’Cette signature démontre l’engagement du CICR aux côtés du Sénégal pour l’organisation, le 22 mars 2022, du 9ème Forum Mondial de l’Eau dont le thème est +la sécurité de l’eau pour la paix et le développement+’’, a expliqué Valentina Bernasconi.
 
Mme Valentina Bernasconi intervenait lors de la cérémonie de signature du partenariat dans les locaux de la délégation du CICR à Dakar.
 
‘’L’accès à l’eau est de plus en plus un facteur déclencheur de conflits armés. Ce partenariat témoigne de notre engagement à trouver des solutions innovantes pour continuer de garantir aux victimes de la guerre l’accès à l’eau potable et renforcer leur résilience’’, a-t-elle expliqué. 
 
Le secrétaire exécutif du Forum mondial de l’eau, Abdoulaye Sène, souligne que ‘’le CICR trouve sa place dans ce forum de partage et de dialogue pour apporter des réponses concrètes aux problématiques de l’eau et à l’assainissement’’.
 
‘’Aujourd’hui, les conflits armés en Afrique privent des dizaines de millions de personnes d’accès à l’eau potable. L’afflux massif de personnes déplacées et de réfugiés entraine une pression sur l’accès aux ressources. À cela viennent s’ajouter les aléas du changement climatique qui rendent aussi extrêmement incertain l’approvisionnement en eau des populations rurales’’, indique un communiqué remis à la presse.
 
Selon ce texte, ‘’le CICR est de plus en plus confronté au besoin de renforcer la résilience des communautés dans des villes qui subissent la densification démographique due au déplacement des populations des zones de conflits’’. Une situation qui, selon le communiqué, ‘’engendre une pression supplémentaire sur le manque d’accès aux services de base (eau, alimentation, soins sanitaires, etc.) même en milieu urbain’’.
 
Le CICR précise que sa réponse ‘’s’articule toujours autour de l’amélioration de l’accès à l’eau pour les plus vulnérables’’. En Casamance par exemple, ses équipes ‘’œuvrent dans certains villages pour la construction de puits pour l’eau potable, de digues qui retiennent l’eau afin de récupérer les terres abîmées par la salinité et renforcer la riziculture ou même de latrines en partenariat avec le Service Régional de l’Assainissement et la Croix-Rouge Sénégalaise (CRS)’’.

SG/ASG