Le caractère préoccupant de l’émigration irrégulière réside dans ses drames (journaliste)
APS
SENEGAL-MIGRATIONS

Le caractère préoccupant de l’émigration irrégulière réside dans ses drames (journaliste)

Tambacounda, 26 avr (APS) – Le caractère préoccupant de l’émigration irrégulière réside dans les drames qu’elle engendre souvent le long des périples et routes migratoires, a soutenu vendredi à Tambacounda, Saïdou Nourou Dia, journaliste spécialisé dans les questions migratoires.

"La migration irrégulière constitue une préoccupation majeure à cause des drames qu’elle occasionne le long des périples et routes migratoires dangereux", a-t-il notamment déclaré à un séminaire consacré aux "médias face au phénomène migratoire".

Cette préoccupation transposée à la réalité sénégalaise pose la problématique de l’insertion des jeunes dans le marché sénégalais du travail, a souligné Nourou Dia au premier jour de cette rencontre organisée par l’Agence de presse sénégalaise et la Fondation Konrad Adenauer.

S’appuyant sur des chiffres du recensement général de la population de 2013, le journaliste a rappelé que 540 000 Sénégalais vivaient à l’étranger, soit une proportion de 4 % de la population nationale.

En 2015 par exemple 5341 personnes de nationalité sénégalaise étaient établies en Allemagne, alors que 13 000 autres avaient, à cette date, demandé l’asile principalement en Italie (6371), au Brésil (2980) et en Allemagne (2980), a-t-il rappelé.

L’Europe occidentale, l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale et l’Afrique du Nord constitue les destinations cibles des migrants sénégalais en provenance particulièrement de Dakar (30 %), Matam (14 %), Saint-Louis (10 %), Diourbel (9 %) et Thiès (9 %), a-t-il détaillé.

"Les ressortissants de Kaffrine et de Kédougou sont les plus faiblement représentées dans les effectifs d’émigrants récents avec respectivement 1, 2% et 0, 5 %. Cette généralisation des régions de départ traduit une diffusion du comportement migratoire à l’intérieur de la société sénégalaise", a analysé Seydou Nourou Dia.

Il a par ailleurs fait observer que la migration internationale se caractérisait principalement par des "flux sud-sud" essentiellement dirigés vers les pays de la sous-région ouest-africaine, et des "flux sud-nord" orientés vers les pays industrialisés de l’Europe et de l’Amérique du Nord.

"Le premier champ migratoire s’est élargi vers certains pays de l’Afrique centrale et de l’Afrique du Sud, caractérisant des courants migratoires extrarégionaux essentiellement captés par le Gabon, le Congo et l’Afrique du Sud", a indiqué le journaliste.

ADE/AKS