La transformation structurelle de l’agriculture nécessite une plus grande maîtrise de l’eau (expert)
APS
SENEGAL-BELGIQUE-AGRICULTURE

La transformation structurelle de l’agriculture nécessite une plus grande maîtrise de l’eau (expert)

Somone (Mbour), 23 juin (APS) - La transformation structurelle de l’agriculture sénégalaise dans un contexte de changement climatique nécessite une plus grande maîtrise de l’eau, a affirmé jeudi l’expert Nicolas Widmer, assistant technique à la coopération belge au Sénégal.
 
Dans le bassin arachidier, la pluviométrie et le réseau hydrographique offrent des potentialités de mobilisation et de stockage de grandes eaux de ruissellement pendant l’hivernage, a t-il signalé.
 
Nicolas Widmer présentait jeudi à Somone les résultats qu’il a jugé ’’satisfaisants’’ du projet ’’Bassins de rétention et valorisation des forages’’ (BARVAFOR).
 
C’est fort de ce constat que l’une des stratégies du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture au Sénégal (PRACAS) met en priorité l’accent sur la maîtrise de l’eau productive, a-t-il souligné.
 
Cette stratégie repose essentiellement sur la réalisation d’ouvrages
hydro-agricoles pour une exploitation optimale des vallées, a expliqué Nicolas Widmer.
 
Le projet BARVAFOR vient de s’achever après six ans de mise en œuvre dans les communes et autres localités des régions de Diourbel, Fatick, Kaffrine, Thiès et Kaolack, où plusieurs ouvrages hydro-agricoles ont été réalisés durant cette période.
 
Selon l’expert, ’’le défi majeur de la durabilité des ouvrages repose sur une exploitation équitable, une gestion pacifique et la mise en œuvre d’un programme rigoureux d’entretien et de maintenance de ces infrastructures’’.
 
Il a aussi plaidé pour ’’une tarification concertée’’ afin de ’’garantir l’exploitation, la gestion et l’entretien qui sont des impératifs pour une utilisation durable’’.

ADE/OID/ASG