La société civile africaine va élaborer un document pour protéger les droits des migrants
APS
AFRIQUE-MIGRATIONS

La société civile africaine va élaborer un document pour protéger les droits des migrants

Dakar, 22 nov (APS) - La société civile africaine va élaborer, de manière commune, un document de plaidoyer visant à protéger les droits des migrants ainsi que les différents aspects liés à l’émigration, a appris l’APS, mercredi.

L’annonce a été faite à Dakar, par le directeur exécutif de l’Institut de recherche et de promotion des alternatives de développement en Afrique (IRPAD/Afrique), Mamadou Goita.
 
Le document sera présenté lors de la réunion de bilan sur le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui se déroulera à Puerto Vallarta (Mexique) du 2 au 3 décembre, ainsi qu’au forum de la société civile, en marge du 5ème Sommet Union européenne-Afrique sur les migrations, prévu les 25 et 26 novembre à Abidjan (Côte d’Ivoire).
 
Mamadou Goita s’exprimait lors de la 5ème réunion consultative continentale sur les migrations, organisée par le Bureau régional africain d’Open Society Fondations (AFRO), en collaboration avec OSIWA. Environ 25 participants venus du Sud, de l’Ouest, du Centre et de l’Est de l’Afrique prennent part à la rencontre.
 
‘’Cette réunion est une rencontre de convergence pour finaliser la position commune de la société civile africaine afin qu’on puisse aller négocier avec les autres, afin que nos positions soient prises en compte sur le pacte initié par les Nations unies’’, a-t-il expliqué. 
 
Mamadou Goita a rappelé que ‘’la société civile africaine a tenu d’avril à novembre, toute une série de consultations, notamment une à Bamako au mois d’août, une autre à Dakar en septembre et au mois d’octobre à Addis-Abeba entre les Etats et la société civile’’.
 
Selon lui, ‘’le plus important, c’est à Puerto Vallarta. La société civile mondiale va se retrouver avec les six documents (5 continents et le Moyen-Orient), des six consultations pour débattre et avoir une position unique de la société civile mondiale. Ce sont des négociations qui méritent d’être bien préparées’’.
 
‘’Nous mettrons toutes les conclusions ensemble pour que la position de la société civile, qui va être partagée avec toutes les autres sociétés civiles au Mexique le 2 et 3 décembre, puisse être une position légitime’’, a-t-il dit.
 
Selon lui, depuis la rencontre de Bamako, 13 recommandations majeures ont été retenues : celle de considérer la migration comme un droit humain, reconnaître la ‘’contribution énorme de la diaspora’’ en Afrique et dans les pays d’accueil et revoir l’aspect discriminatoire de l’intitulé du pacte.
 
‘’Il est très important d’avoir une position commune qui prend en compte les préoccupations des différents acteurs et en particulier les populations. Le global compact sur la migration est décidé au niveau des Nations unies’’, a rappelé l’administrateur du Programme gouvernance et avancement économique à OSIWA, Ibrahima Aidara.

SK/ASG