La SHHLM veut produire 5000 logements d’ici 10 ans pour répondre à la demande croissante (DG)
APS
SENEGAL-HABITAT-PERSPECTIVES

La SHHLM veut produire 5000 logements d’ici 10 ans pour répondre à la demande croissante (DG)

Dakar, 18 août (APS) – La Société nationale d’habitation à loyer modéré (SNHLM) ambitionne de produire d’ici dix ans au moins 5000 logements sur les 15000 qui sont prévus dans le cadre du Plan Sénégal émergent (PSE), a annoncé son Directeur général, Mamadou Kassé.
 

"Concrètement, nous comptons produire, sur les dix ans à venir, au moins 5000 logements parmi les 15000 qui sont prévus dans le cadre du Plan Sénégal émergent", a-t-il dit dans un entretien paru dans l’édition de jeudi du quotidien Enquête.
 
M. Kassé qui a été récemment nommé à la direction de la SNHLM a expliqué que cette société est "le bras technique de l’Etat de logement social".
 
Le Directeur général de la SNHLM a ajouté qu’il s’inscrit dans la vision du président de la République qui a l’ambition de donner un "toit au plus grand nombre de Sénégalais".
 
Il a cité entre autres décisions prises allant dans le sens de la baisse du loyer, la constitution d’un nouveau stock d’unités résidentielles et de la construction d’espaces nouveaux tels que le Pôle urbain de Diamniadio, dans la banlieue dakaroise.
 
Mamadou Kassé, urbaniste-aménagiste de formation est revenu sur les défis de la SNHLM face à une demande croissante en logements surtout dans un contexte marqué par une hausse importante de la population urbaine du Sénégal.
 
Elle est estimée à 43% et devrait atteindre 52% d’ici 2030, a-t-il dit, citant une étude réalisée par la tutelle. Par conséquent, a ajouté le directeur général, "la demande en logement est supérieure à l’offre avec un déficit de 300000 logements".
 
"Il ne faudrait pas voir le social simplement dans le prix. Il faudrait le voir dans la manière de payer, d’accéder à la propriété. C’est là où on est différent des autres", a-t-il encore expliqué. 
 
Selon lui, "la SNHLM est la seule à procéder à la location-vente contrairement aux sociétés privées immobilières classiques qui font la de la Vente à l’état pur (VEFA)".
 
"Et c’est pourquoi la demande est tellement forte qu’aujourd’hui, il faut absolument qu’on ait un stock foncier beaucoup plus important venant de l’Etat pour justement gérer tous les besoins à ce niveau", a plaidé le Directeur général de la SNHLM.
 
ASB/PON