Laylee Moshiri :
APS
SENEGAL-SOCIETE

Laylee Moshiri : "La situation de l’enfant a nettement évolué au Sénégal’’


Dakar, 20 nov (APS) – La situation des enfants a connu une nette évolution au Sénégal, a indiqué lundi la représentante du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), Laylee Moshiri, selon qui il reste encore beaucoup de défis à relever.

"Je trouve qu’on voit quand même une évolution de la situation des enfants’’, a-t-elle relevé, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’enfance au Monument de la Renaissance africaine.


Selon Laylee Moshiri, cette évolution est matérialisée dans
le domaine de la santé par une baisse de la mortalité infantile, résultat d’une amélioration globale des soins et de la prise en charge sanitaire des enfants.


Dans la même veine, elle a ajouté qu’il y a une meilleure maîtrise de la prise en charge de ces enfants, grâce notamment à l’existence d’une véritable architecture institutionnelle pour ceux d’entre eux qui font face à l’abus, à l’exploitation et aux maltraitances.


Cependant, la représentante de l’UNICEF estime qu’il reste encore beaucoup de défis à relever concernant notamment l’éducation et surtout la mendicité.


Forte de ce constat, Laylee Moshiri, se dit persuadée que les enfants ont pleinement leur rôle à jouer dans la communication et la sensibilisation dans les médias, si on leur donne l’espace, l’opportunité et la formation adéquate.


Elle a salué la pertinence du concept de cette année, ’’les enfants s’installent dans les médias’’, qui vise à donner plus de place aux enfants afin qu’ils s’expriment sur leurs droits, intérêts et défis, mais également montrent leur solidarité envers ceux qui sont parmi eux les plus défavorisées et les plus vulnérables.


C’est un principe mis en œuvre par UNICEF Sénégal et ENDA Jeunesse Action en organisant un atelier photo pour les enfants, et principalement pour ceux du Mouvement des enfants et jeunes travailleurs et les enfants talibés (élèves coraniques).


Ainsi, 19 enfants formés pendant cinq jours par le célèbre photographe italien, Giacomo Pirozzi, ont présenté leurs œuvres dans une exposition intitulée ’’les voix du regard’’, à l’esplanade du Monument de la Renaissance. Il s’agit de portraits qui traitent principalement de la situation des enfants dans les rues et des talibés, mettant en exergue leurs conditions de vie difficiles.


‘’J’ai pris les photos dans un daara [école coranique] pour que les gens puissent venir en aide aux enfants talibés afin de les faire sortir da cette situation difficile. Les photos que j’ai prises interpellent les maîtres coraniques pour leur dire d’enseigner le Coran aux enfants et de ne pas les laisser mendier toute la journée’’, a expliqué Thiaba Sène, 14 ans.


Pour Ass Malick Guèye, lui aussi un exposant de 14 ans, ‘’les enfants ont [certes] le droit d’apprendre le Coran, mais ils doivent être mis dans de très bonnes conditions’’.


Le directeur de la protection des droits de l’enfance annonce que, pour éradiquer complètement ce fléau, un forum national sur la
mendicité regroupant les religieux, la société civile, les collectivités locales, sera organisé bientôt afin de trouver un consensus et fédérer les actions pour "définir quelle sorte de société nous voulons pour nos enfants’’.

MK/ASG