Le projet SAGA-Sénégal à la rencontre des acteurs locaux à Kolda
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT

Le projet SAGA-Sénégal à la rencontre des acteurs locaux à Kolda

Kolda, 1er mars (APS) - Les responsables en charge de la mise en œuvre d’un projet de renforcement des capacités de planification de l’adaptation pour la sécurité alimentaire et la nutrition ont tenu samedi une rencontre avec les acteurs locaux à Kolda, en vue de mieux faire connaître cette initiative.


La rencontre visait également à permettre aux différentes parties prenantes de s’imprégner des modalités de mise en œuvre de ce projet intitulé "Sécurité alimentaire : une agriculture adaptée" (SAGA-Sénégal).
 
SAGA-Sénégal a pour but de mettre en évidence l’importance des systèmes agricoles et alimentaires dans la lutte contre le changement climatique et de présenter des solutions concrètes et multisectorielles pour réduire la vulnérabilité de ces systèmes aux effets du changement climatique.
 
Ce projet est financé par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie du gouvernement du Québec. Il consiste en un projet de collaboration multi-acteurs, en vue de contribuer au renforcement de la résilience des secteurs agricoles pour un développement durable au Sénégal, sous l’égide de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
 
Il s’aligne sur les priorités majeures de la FAO et de l’Etat du Sénégal", dans le but de "renforcer la résilience de secteurs agricoles face au changement climatique pour la sécurité alimentaire et la nutrition de deux pays francophones, à savoir Haïti et le Sénégal", a indiqué le directeur général de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), Alioune Fall.
 
Dans ce cadre, l’approche utilisée dans le processus d’élaboration du PNA "consiste à faire une planification basée sur des évidences scientifiques", a souligné Alioune Fall.
 
"D’une durée de trois ans (2019-2021), SAGA-Sénégal apportera un appui à la révision et la mise en œuvre de la composante adaptation de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) du Sénégal pour le secteur agricole", peut-on lire sur le site de la FAO. 
 
"Il facilitera également la réalisation de trois études dans les domaines de l’eau, de l’élevage et de l’agroforesterie, et permettra d’accompagner les populations rurales des Niayes, du Bassin arachidier, de la Casamance, du Fleuve Sénégal et de Matam pour l’implémentation et la mise à l’échelle de bonnes pratiques d’adaptation au changement climatique". 
 
Le projet se propose "de bâtir sur l’existant, d’exploiter les synergies et de créer des liens entre l’ensemble des secteurs, des acteurs et des échelles du projet à travers une approche systémique", selon la même source.
 
 

MG/BK