Enlèvements répétés d’enfants : la police promet d’enrayer le phénomène
APS
SENEGAL-SOCIETE

Enlèvements répétés d’enfants : la police promet d’enrayer le phénomène

Dakar, 20 mars (APS) - La police nationale a annoncé mardi ’’des mesures fortes de sécurité’’ pour venir à bout des enlèvements répétés d’enfants enregistrés ces dernière semaines au Sénégal, promettant de traquer et de mettre à la disposition de la justice les délinquants à l’origine de ce phénomène.

Le directeur de la Sécurité publique, Abdoulaye Diop, s’exprimant mardi lors d’un point de presse, a présenté ses condoléances aux familles des victimes avant d’assurer aux citoyens de manière générale que les délinquants concernés, "où qu’ils se trouvent, seront traqués, interpellés et mis à la disposition de la justice".
 
"Depuis un certain temps, il y a un sentiment d’insécurité qui se fait sentir au Sénégal. Ce sentiment d’insécurité est entretenu par le fait qu’il y a eu des enlèvements, même parfois suivis de meurtres d’enfants’’, a-t-il dit.
 
Suite à une "psychose née des nombreux enlèvements d’enfants constatés ces derniers jours" au Sénégal, la police nationale a décidé de ’mesures fortes de sécurité, pour faire face aux problèmes", selon le commissaire divisionnaire Abdoulaye Diop.
 
"Nous rassurons tout le monde pour leur dire que notre objectif, c’est de mettre fin à ce phénomène qui hante le sommeil de certains Sénégalais", a-t-il ajouté.
 
Il a évoqué deux meurtres d’enfants à Touba et Rufisque, cinq tentatives d’enlèvements à Matam (nord), Grand Yoff et Rufisque, dans la région de Dakar.
 
Selon le directeur de la Sécurité publique, la police nationale a été dotée d’un "renfort consistant en effectifs et également en moyens matériels, beaucoup de véhicules", pour faire face à ces faits délictuels.
 
Il assure que "les hommes qui sont en civils sont plus nombreux que les hommes qui sont en tenues", ce qui explique l’interpellation rapide des fauteurs de troubles "en un temps record", a-t-il dit.
 
L’Etat "a mis à disposition de l’autorité de police les moyens roulants nécessaires pour faire face à certaines situations", a indiqué le commissaire de police divisionnaire Abdoulaye Diop.
 
Il pense que la police "doit inscrire ses actions dans une dynamique partenariale en allant aux devants des attentes de la population, en restant à leur écoute, en créant des conditions qui vont faire disparaitre le sentiment de crainte ou bien le sentiment de rejet (...) pour trouver des solutions aux angoisses existentielles des Sénégalais".
 
"L’Etat donc a réuni des moyens forts, des moyens cohérents et a mis sur place une task force qui est en train de piloter le dispositif de lutte contre l’enlèvement des enfants", a poursuivi M. Diop.
 
Il signale que la police s’est inscrit "une démarche de proximité qui n’exclut pas les personnes ressources, les délégués de quartier, les présidents des associations sportives et culturelles, les syndicalistes, les journalistes", estimant que "ce n’est que sur le support actuel des mass médias que se gagnera ce combat".
 
Si l’on en croit le directeur de la Sécurité publique, "au niveau des entrées et sorties des frontières, il y a eu des renforts conséquents il y a aussi des moyens de communication qui ont été mis en place par l’Etat, afin de trouver des solutions à certains problèmes qui se posent au niveau des zones périphériques".
 


NLC/BK