La CSS relève une amélioration de la maîtrise des risques professionnels (DG)
APS
SENEGAL-SOCIETE

La CSS relève une amélioration de la maîtrise des risques professionnels (DG)

Dakar, 30 avr (APS) – Le directeur général de la Caisse de sécurité sociale (CSS), Assane Soumaré, a relevé mardi une amélioration de la maîtrise des risques en milieu professionnel, bien que le Sénégal ne soit pas totalement à l’abri des accidents du travail.

’’Au Sénégal, nous ne sommes pas à l’abri des accidents au niveau du travail, mais d’année en année, on constate une nette amélioration en termes de maitrise des risques’’, a-t-il déclaré à l’ouverture de la 23ème Journée africaine de la prévention.

Il a rappelé l’adoption par le Sénégal d’une politique de prévention en matière de santé et de sécurité au travail en définissant également un plan d’action pour toutes les activités à mener.

‘’L’objectif recherché est d’arriver à ’’zéro accident’’ au travail. Des efforts sont nécessaires pour atteindre cet objectif’’, a souligné le directeur général de la CSS à cette maniestation consacrée au thème : ‘’ Construire les bases d’une prévention durable en milieux de travail en Afrique : un défi pour tous’’.

‘’Intégrer l’éducation et la formation à la santé et la sécurité au travail peut aider les travailleurs et les employeurs à s’adapter aux risques nouveaux, émergents ou persistants et améliorer les résultats en la matière’’, a pour sa part indiqué la directrice de l’équipe technique d’appui au travail décent et du bureau pays de l’OIT.

Pour Vera Lucia Perdigao Paquete, la santé et la sécurité au travail, restent des maillons clés du développement durable.

‘’Les investissements dans la prévention des risques professionnels peuvent contribuer à l’atteinte des objectifs de développement durable. Pour répondre aux défis grandissants et aux nouveaux risques, des stratégies effectives de prévention doivent être mises en œuvre’’, a-t-elle fait valoir.

Elle a ajouté : ‘’Ces stratégies devront être non seulement inclusives et centrées sur l’humain, mais doivent aussi continuer à renforcer du rôle des gouvernements et des partenaires sociaux’’.


AMN/AKS