Commémoration de l’armistice du 11 novembre : le commandant des EFS évoque le souvenir des
APS
SENEGAL-FRANCE-MEMOIRE

Commémoration de l’armistice du 11 novembre : le commandant des EFS évoque le souvenir des "poilus", pour le garder intact’’

Dakar, 11 nov (APS) - Les Eléments français au Sénégal (EFS) ont procédé samedi à la commémoration de l’armistice du 11 novembre, signé en 1918 et qui marque la fin de combats de la Première Guerre mondiale, un anniversaire permettant de "garder intact" le souvenir de dizaines de millions de personnes, dont des forces vives venues d’Afrique.
 
"C’est pour garder intacte cette trace de leur souvenir que nous sommes là rassemblés autour de nos drapeaux dont les pays portent autant de noms glorieux des campagnes de la Grande guerre", a déclaré au cours de la cérémonie le commandant des Eléments français au Sénégal (EFS), le général Denis Mistral.
 
Peu avant, il avait déposé des gerbes au pied du "monument des morts", en compagnie de l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, et de plusieurs officiels sénégalais, au "Quartier Geille" à Ouakam, à Dakar.
 
"C’est pour honorer collectivement la mémoire de nos anciens que nous commémorons l’anniversaire du jour où leurs armes ce sont tues. C’est aussi dans leur souvenir que nous pourrons porter autour de nous, la ferme conviction" qu’il existe "une chose plus dure encore que de gagner une guerre, c’est de gagner la paix", a dit le général Mistral.
 
Il a évoqué "les émotions auxquelles les poilus étaient soumis : attente, angoisse, peur, souffrance physique… et autant de pensées aussi aux valeurs de courage et amour de la patrie qui les ont fait tenir dans ces terribles circonstances".
 
Cela explique que "99 ans après, ce moment où les armes ce sont tues à l’issue d’un des conflits les plus meurtriers de l’histoire de l’humanité, est commémorée avec ferveur", a laissé entendre le commandant des Eléments français au Sénégal.
 
’’Durant quatre longues années, la Première Guerre mondiale a bouleversé profondément les mentalités, modifié la géopolitique de l’Europe et entraîné dans un sillage de morts et de souffrance plusieurs dizaines de millions de personnes dont les forces vives de nos pays’’, a-t-il lancé à l’assistance.
 
Le général Mistral a rendu un hommage aux anciens soldats sénégalais, "les frères d’armes" de la France qui, "loin de chez eux, dans la boue des tranchées, sous les avenues et à travers la terre remuée par le souffle et le feu ont vécu, souffert et sont morts". 
 
Selon lui, ces "morts Sénégalais et Français de la Première Guerre mondiale ainsi que ceux de tous les pays alliés forment, aujourd’hui, une cohorte silencieuse que nous honorons ici. Cohorte dont les marbres de monuments et des cimetières gardent toujours comme une fraîche cicatrice, la mémoire des noms". 
 
L’armistice de 1918 marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), qui avait fait plus de 18,6 millions de morts, d’invalides et de mutilés dont 8 millions de civils.
 
Au terme de son discours, le général Mistral a décoré de la "médaille de la défense nationale échelon bronze", des militaires français et sénégalais dont les adjudants-chefs Abdoulaye Coly et Abdoulaye Sène, ainsi que le soldat de première classe Ousmane Coly.
 

SK/BK