La CNTS/FC dénonce le retard des salaires des travailleurs des chemins de fer
APS
SENEGAL-SOCIAL

La CNTS/FC dénonce le retard des salaires des travailleurs des chemins de fer


Thiès, 17 oct (APS) - Le secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Force du changement (CNTS/FC), Cheikh Diop, a dénoncé mardi le retard des salaires du mois de septembre des travailleurs de la société Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF).
 
"A l’heure où nous tenons cette [rencontre], les travailleurs du chemin fer n’ont toujours pas perçu les salaires du mois de septembre", a déclaré M. Diop lors d’une "assemblée générale de remobilisation et de relance des activités du chemin de fer", à Thiès (ouest).
 
Les travailleurs retraités de Dakar-Bamako Ferroviaire se trouvent dans une situation semblable à celle des agents en activité, car "leurs cotisations sociales ne sont plus versées, leurs familles sont laissées à elles-mêmes et vivent une situation compliquée".
 
"L’État du Sénégal est le principal responsable" de cette situation, pour avoir piloté la privatisation de l’ex-Transrail, qui a donné naissance à DBF, a soutenu Cheikh Diop.
 
L’Intersyndicale des travailleurs du chemin de fer a demandé à l’État du Sénégal d’octroyer un budget de 10 milliards de francs CFA pour "relancer définitivement" les activités de Dakar-Bamako Ferroviaire, a rappelé M. Diop.
 
Il a par ailleurs invité les "forces vives du pays" à soutenir la relance des activités ferroviaires au Sénégal.
 
Tous les travailleurs des chemins de fer doivent mener "à bras-le-corps ce combat contre l’injustice", a ajouté le secrétaire général de la CNTS, en parlant des retards des salaires des travailleurs de DBF et du non-versement des cotisations sociales des employés à la retraite.
 
Le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs du rail (SATRAIL), Mame Mbaye Diakhaté, a déploré la politique ferroviaire du gouvernement sénégalais, qui "a échoué" dans ce domaine.
 
"Le chef de l’État veut enterrer définitivement le chemin de fer et mettre en place son TER (Train Express Régional). Et nous ne l’accepterons jamais. Ce projet (le TER) va coûter à l’État du Sénégal plus de 500 milliards de francs CFA [alors que] les cheminots n’ont besoin que de 10 milliards francs CFA" pour relancer les chemins de fer, a dit M. Diakhaté.
 
Un "plan d’actions" comprenant des grèves et des marches de protestation sera déroulé "dans les jours à venir", par les travailleurs des chemins de fer, a prévenu le secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs du rail (SUTRAIL), Mame Mbaye Tounkara.
 
Ce plan sera "entériné" mercredi par le secrétariat exécutif de l’Intersyndicale des travailleurs du rail, qui va déterminer les dates et les lieux des manifestations prévues, selon M. Tounkara.


FD/ESF/BK