L’ONPN mise sur l’éducation pour une meilleure prise en charge des pupilles de la nation
APS
SENEGAL-SOCIETE

L’ONPN mise sur l’éducation pour une meilleure prise en charge des pupilles de la nation

Dakar, 3 sept (APS) - L’éducation constitue un pilier essentiel permettant à tout pupille de la nation de pouvoir se prendre en charge convenablement, une fois devenu adulte, a rappelé jeudi le président de l’Office national des pupilles de la nation (ONPN), Mamadou Saliou Diallo. 
 
‘’Nous avons jugé pertinent de mettre l’accent sur l’éducation et la formation des pupilles de la nation, afin de leur permettre de se prendre en charge eux-mêmes et de prendre en charge leur famille quand ils atteindront l’âge adulte’’, a dit M. Diallo en marge d’une réunion avec la direction de l’action sociale des armées sur l’enrôlement d’enfants soldats décédés sur les champs de bataille. 
 
Outre la santé et la prise en charge sociale, il a notamment insisté sur ‘’les enjeux du financement d’une éducation réussie’’ pour ces enfants, laquelle leur permettra de se prendre en charge à l’âge de la majorité, qui marque l’arrêt de la subvention que leur octroie l’Etat. 
 
Depuis le naufrage du bateau ‘’Le Joola’’ en septembre 2002, a rappelé Mamadou Saliou Diallo, quelque 965 enfants ont été déclarés pupilles de la nation par l’Etat du Sénégal, un statut qui leur permet de bénéficier de l’assistance éducative, sanitaire et sociale de l’ONPN. 
Le colonel Cheikhouna Dieng, directeur de l’action sociale des armées, s’est réjoui de cette démarche de l’ONPN, qui a permis à l’armée d’enrôler près d’une centaine d’enfants de militaires morts dans des opérations au Sénégal et à l’étranger.
 
Le statut de pupille de la nation a été institué au Sénégal par la loi 2006-39 du 21 novembre 2006.

Cette loi fixe en son article premier les catégories d’enfants éligibles au statut de pupille de la nation, notamment ‘’les enfants mineurs des personnels des forces armées, des forces de police et des autres corps paramilitaires (…), les enfants mineurs des personnes victimes d’accidents graves ou de catastrophes dont l’Etat accepte la prise en charge’’.


SMD/ASG/ESF