Kaolack : un centre d’accueil et de prise en charge des violences basées sur le genre en gestation
APS
SENEGAL-SOCIETE

Kaolack : un centre d’accueil et de prise en charge des violences basées sur le genre en gestation

Kaolack, 8 avr (APS) – La région de Kaolack (centre) a abrité, jeudi, un atelier de mise en place d’un groupe de travail pour préparer un modèle de centre d’accueil unique pour la prise en charge des violences basées sur le genre, a constaté l’APS.

Ce centre d’accueil est un projet de l’Etat du Sénégal appuyé par l’agence Belge de développement (ENABEL).

‘’Cet atelier a pour objet de mettre en place un groupe de travail pour préparer un modèle de centre d’accueil unique pour la prise en charge des violences basées sur le genre et aussi un modèle de centre d’Ado pour la prise en charge de la santé de la reproduction des adolescents et adolescentes’’, a expliqué le représentant d’ENABEL, Seyni Thiam.

Cette rencontre présidée par l’adjoint du gouverneur de Kaolack chargé des affaires administratives, Sidi Sarr Dièye, a enregistré entre autres la présence des responsables du ministère de la femme, du représentant des jeunes et de la représentante du centre régional de formation, de recherche et de plaidoyer en santé de la reproduction, Astou Guèye Dièye.

‘’Dans le cadre de ce groupe de travail pour la préparation d’un modèle de centre d’accueil unique pour la prise en charge des violences basées sur le genre, une étude anthropologie va être réalisée. Cette étude va travailler sur les déterminants de la violence sexuelle basée sur le genre’’, a fait savoir M. Thiam.

Selon lui, la mise en place de ce groupe de travail va acclimater ce modèle venu de la Belgique.

‘’ Il y a trois modèles de centre au niveau de la Belgique. Ces infrastructures sont implantées dans des hôpitaux’’, a fait savoir Seyni Thiam.

‘’Nous voulons une prise en charge de qualité des victimes de violences et renforcer la confiance et la sécurité de ces personnes afin que demain elles puissent aller facilement vers des structures et avoir la réponse aux problèmes confrontés. L’ANABEL et l’Etat veulent apporter des solutions aux besoins des personnes victimes de violences sexuelles basées sur le genre’’, a-t-il fait valoir.



 

MNF/AKS