Plaidoyer pour l’élargissement de la gare routière de Kaffrine
APS
SENEGAL-TRANSPORT-INFRASTRUCTURE

Plaidoyer pour l’élargissement de la gare routière de Kaffrine

Kaffrine, 11 mars (APS) - Des chauffeurs de la gare routière de Kaffrine (centre) demandent l’agrandissement de cette aire de stationnement qui peine à accueillir tout son monde, dont des personnes s’adonnant à diverses activités commerciales, en plus des acteurs du transport.

Construite en 2016, la gare routière de la commune de Kaffrine "n’arrive plus à contenir le nombre de véhicule qui la fréquente. Les véhicules se retrouvent bloqués sur les artères ou devant la porte de la gare. Il nous faut élargir cette gare routière", a plaidé son chef, Modou Diène. 
 
A l’en croire, cette gare accueille quotidiennement "plus de 100 minicars et plus de 77 véhicules" de transport communément appelés "sept places’’.
 
Cela fait que cette gare routière "est très étroite pour accueillir’’ tous ces véhicules. "Pour améliorer la fluidité" des lieux, "la solution passe par son élargissement’’, surtout que "nous avons assez d’espace pour augmenter la superficie de la gare. Nous avons interpellé le maire à ce propos mais on attend son aval", a fait savoir le chef de la gare routière de Kaffrine. 
 
"Nous demandons au maire Abdoulaye Wilane et au ministre des Transports de nous aider à élargir notre aire de stationnement qui n’arrive plus à accueillir’’ tous les véhicules de passage à Kaffrine, a renchéri l’adjoint du chef de la gare, Saloum Cissé. 
 
"Cette gare routière est très étroite pour contenir tous les véhicules qui embarquent et débarquent à Kaffrine. Nous attendons que notre doléance soit prise en compte par les pouvoirs publics", a ajouté M. Cissé, rappelant avoir fait partie de ceux qui ont lancé les activités de cette gare. 
 
Située dans la partie ouest de la commune, derrière le stade régional, la gare routière de Kaffrine est une aire de stationnement très fréquentée. 
 
Outre les voyageurs en partance pour diverses destinations à travers le Sénégal (Touba, Kaolack, Tambacounda, Koungheul, Diaobé), cette aire se trouve très fréquentée par de nombreuses autres personnes s’adonnant à diverses activités commerciales, dont des vendeurs d’eau, de thé, de café-Touba.
 
Elle abrite aussi des succursales de structures spécialisées dans le transfert d’argent par exemple, ainsi que des restaurants, sans compter la cohabitation parfois difficile avec les conducteurs de motos-taxis ’’Jakarta’’. 
 
Ces "jakarmen", comme on les appelle, par leur grand nombre et la fréquence de leur activité, contribuent à rendre la circulation difficile dans un espace devenu de plus en plus exigu pour tout ce monde.

MNF/BK/ASG