Ismaël Madior Fall :
APS
SENEGAL-SOCIETE-PERSPECTIVES

Ismaël Madior Fall : "De plus en plus, les citoyens auront besoin de conseillers juridiques"

Dakar, 1er mars (APS) - Les citoyens dans leur ensemble, de même que les entreprises publiques et privées, auront de plus en plus besoin de conseillers juridiques pour sécuriser un bien social, économique ou autre, a soutenu, jeudi, à Dakar, le garde des Sceaux, Ismaïla Madior Fall.

"C’est une utilité sociale mais les citoyens ne réalisent pas forcément le besoin de ce service qui permet de sécuriser un bien", a dit le ministre de la Justice, à l’ouverture d’un Forum sur l’insertion des jeunes diplômés en droit.
 
Il a rappelé la directive du chef de l’Etat Macky Sall, visant à doter chaque ministère d’au moins un conseiller juridique. Une option que l’ensemble des institutions publiques doit selon lui également prendre en compte.
 
M. Fall a invité le secteur privé à s’inscrire dans la même perspective. "Il faudrait de plus en plus conscientiser les populations sur l’importance du service juridique et la nécessité de s’entourer de conseils juridiques lorsqu’on doit entreprendre une activité", a déclaré le ministre de la Justice.


Et le garde des Sceaux de citer le mariage, l’acquisition d’un bien foncier, immobilier ou la rédaction de contrats de travail ou autres.

 
"Le besoin de sécurisation juridique des biens, des individus fait que le juriste de façon générale est très utile à la société et doit avoir du succès puisque dans tout ce que nous faisons au quotidien, on a besoin de conseils juridiques", a souligné Ismaïla Madior Fall.
 
Le ministère de la Justice, par le biais de ce Forum, entend ainsi "explorer des opportunités propices à l’insertion professionnelle de jeunes diplômés en droit dans les métiers du droit".
 
Déjà, il a été décidé, selon le garde des Sceaux, de recruter chaque année 30 magistrats et 35 greffiers. 
 
Dans la même veine, la Direction de l’administration pénitentiaire procède chaque année à l’enrôlement, en moyenne, de 350 éléments pénitentiaires.
 
"Toutefois, a ajouté le ministre, il importe de reconnaître que cette recherche de solutions au chômage des diplômés en droit doit aussi interpeller, pour ne pas dire intéresser au premier plan, les ordres professionnels, les institutions publiques et le secteur privé".
 
Ce forum s’inscrit en droite ligne de la volonté politique de favoriser l’insertion d’un maximum de jeunes sénégalais issus des universités, instituts et écoles de formation.
 
ADL/BK