Mankeur Ndiaye :
APS
AFRIQUE-AVIATION-SECURITE

Mankeur Ndiaye :"Evitons que l’Afrique devienne le maillon faible de la sécurité aérienne"


New York (Etats-Unis), 23 sept (APS) – Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye, a appelé, jeudi, à New York (Etats-Unis), la communauté internationale à éviter que "l’Afrique ne devienne le maillon faible de la sécurité aérienne".



Intervenant lors du débat public du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies sur la sécurité aérienne face aux actes terroristes, Mankeur Ndiaye a estimé que cela est d’autant important que "l’Afrique a connu ces dernières années une recrudescence d’attaques terroristes".


"A ce sujet, les résultats de la mission onusienne d’évaluation de l’impact de la crise libyenne sur la région du Sahel, conduite en décembre 2011, faisait état de la circulation d’une grande quantité d’armes et de munitions, en particulier des lance-roquettes (RPG) dans la région", a rappelé le ministre sénégalais dans un discours, dont copie est parvenue à l’APS.

Il a souligné que "passées en contrebande, ces armes représentent une réelle menace pour la sécurité et la stabilité dans la région sahélo-saharienne, en général, mais particulièrement pour le transport aérien".


C’est pourquoi, a-t-il relevé, le Sénégal soutient l’idée d’une meilleure coopération entre l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), l’Equipe spéciale de lutte contre le terrorisme et le Comité contre le terrorisme à travers sa direction exécutive (DECT).


Le Sénégal est également favorable à la tenue d’une réunion spéciale sur la question de la menace terroriste contre l’aviation civile et attend avec beaucoup d’intérêt le briefing sur les résultats de cette rencontre qui sera présentée au Conseil de sécurité dans 12 mois, a dit Mankeur Ndiaye.



Selon le chef de la diplomatie sénégalaise, "le rôle crucial que joue l’OACI dans le développement de standards internationaux de sécurité dans le domaine de l’aviation civile, ainsi que dans le suivi de leur mise en œuvre effective doit être renforcé par les efforts conjoints des Etats-membres et des agences spécialisées en la matière".


En effet, "lorsque la menace terroriste concerne un secteur aussi sensible que le transport aérien, elle devient sournoise et difficile à appréhender", a souligné Mankeur Ndiaye. Il estime à cet égard que "la vigilance et la veille permanente basées sur une prise en compte des spécificités propres au contexte et à l’environnement géopolitique interne et externe de chaque pays et de chaque région sont fondamentales".


Par conséquent, "toute action de lutte contre ce phénomène, pour être efficace, doit être complétée par le renforcement de la coopération régionale et internationale dans le domaine du partage de renseignements, du contrôle des frontières ainsi que des technologies d’enregistrement, de contrôle de sécurité et d’embarquement", a conclu M. Ndiaye.


PON/ASG