Habib Faye,
APS
SENEGAL-CULTURE-NECROLOGIE-HOMMAGE

Habib Faye, "un grand fils, une vitrine internationale" selon Macky Sall

Dakar, 28 avr (APS) – Le Sénégal a perdu "un grand fils, une vitrine internationale" dont l’œuvre doit être perpétuée par la jeune génération, a indiqué, samedi à l’hôpital Principal de Dakar, le chef de l’Etat, Macky Sall à la levée du corps du bassiste-compositeur du Super Etoile Habib Faye, décédé, mercredi dernier à Paris des suites d’une maladie.

"Le Sénégal vient de perdre un grand fils, une vitrine internationale, un patrimoine de notre culture que nous devons honorer et dont l’œuvre doit être perpétuée par les jeunes talents" a souligné le président de la République qui dit avoir repoussé son voyage de ce matin sur Brazzaville pour assister à la levée du corps du défunt directeur musical du Super Etoile.

Après un hommage rendu jeudi en banlieue parisienne en présence notamment de l’ambassadeur du Sénégal en France, Bassirou Sène, la dépouille de Habib Faye, victime d’une infection pulmonaire à l’âge de 54 ans est arrivée vendredi vers 22h à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD).

La prière mortuaire se fera à la mosquée El Mansour, sise à la Sicap Rue 10, et suivie de son enterrement au Cimetière musulman de Yoff.

"C’est une perte immense, celle d’un homme réputé pour sa discrétion, généreux avec discipline sans égale, une exigence dans sa quête constance de perfection" a dit Macky Sall à l’endroit du défunt bassiste, claviériste, guitariste soliste, arrangeur, compositeur et producteur.

Le président de la République continue son hommage, faisant noter que le défunt dont la générosité et la courtoisie professionnelle est reconnue par tous est "parti avec dignité, en silence comme pour nous épargner la souffrance de sa disparition".

"Pour un néophyte comme moi, j’ai apprécié son talent le long de son compagnonnage avec Youssou Ndour mais surtout avec son œuvre H20. Sa musique nous touchait tous parce qu’elle partait toujours de ce que nous sommes, de ce que nous sentons pour nous entraîner vers des rythmes et des mélodies bien loin de notre quotidien" a fait remarquer le chef de l’Etat.

Qui ajoute que la musique de feu Habib Faye "était authentiquement d’ici avant d’aller vers l’universel. La basse, instrument privilégié représente une percussion, une rythmique qui attise nos émotions et il a su l’adapter au Mbalax".

Avouant ne pas être "un grand connaisseur de Jazz" quoique bercé, étant étudiant, par les sonorités de John Coltrane, Miles Davis, etc., Macky Sall note que "Habib Faye était perçu par ses pairs comme un architecte de la musique".

"Sa contribution (est) reconnue comme décisive dans l’oeuvre de modernisation de notre création musicale depuis les années 80 grâce, en particulier à Youssou Ndour et d’autres grands musiciens comme Ismaëla Lô, Oumar Pène, Idy Diop et tant d’autres" a dit Macky Sall, relevant qu’il a continué "à élargir nos perspectives culturelles et musicales au-delà de nos frontières par des collaborations significatives avec les plus grands noms de l’élite musicale internationale".

Me Aïssata Tall Sall a, au nom de la famille de la veuve du disparu, salué "le geste hautement symbolique" du chef de l’Etat qui a fait le déplacement à l’hôpital Principal et magnifié "la grande générosité" dont a fait montre le lead-vocal du Super Etoile Youssou Ndour.

PON