Le général Mamadou Diouf verrait d’un bon oeil l’adaptation au cinéma du roman
APS
SENEGAL-SOCIETE

Le général Mamadou Diouf verrait d’un bon oeil l’adaptation au cinéma du roman "Diokel"


Dakar, 18 oct (APS) – Le général de brigade, Mamadou Diouf a demandé, mercredi à Dakar, au directeur du livre et de la lecture d’aider à porter à l’écran le roman "Diokel" écrit par l’adjudant-chef de la gendarmerie à la retraite, Jean-Dip Ndiaye.


"Je vous demande, au nom de la gendarmerie, de tout mettre en œuvre pour une adaptation au cinéma de ce chef d’oeuvre", a-t-il dit à Ibrahima Lo, venu représenter le ministre de la culture à la cérémonie de dédicace de l’ouvrage.


Le livre relate le passé colonial de l’Afrique à travers l’histoire épatante de Diokel, jeune berger, prince sérère et héritier du Sine, arraché à l’affection des siens au jour même de ses justes
noces avec Makane, une princesse de Tataguine parce qu’enrôlé dans l’armée coloniale par le traître Sitor Lam, travaillant à la solde du colonisateur.


Ce qui fait dire au professeur et critique littéraire, Madior Diouf que ce roman est "une œuvre historique dans la mesure où il montre comment la société traditionnelle sérère, dans son authenticité, a été secouée par la houle de l’histoire".

Le directeur du livre et de la lecture, Ibrahima Lo a salué "le travail littéraire et de documentation très fouillé et prudent qui sous-tend la production de ce livre".


A l’en croire, ce "roman mériterait en plus des applaudissements,
d’être adapté au cinéma".

"Je pense que +Diockel+ mériterait de passer à l’écran", a-t-il soutenu, promettant de porter ce projet.


L’auteur du roman a, lui, dit vouloir, à travers sa production, "non seulement faire un portrait de la société traditionnelle sérère à travers ses valeurs et cultures, mais également de l’influence du colon sur cette dernière".


Jean-Dip Ndiaye se dit persuadé que "les valeurs ancestrales peuvent cohabiter harmonieusement avec la mondialisation" parce que "les valeurs traditionnelles et modernes ne se bousculent que dans la tête des incultes".


Né le premier janvier 1955 à Fadial, dans la commune de Nguéniène (Mbour), Jean Dip Ndiaye a fait son cycle élémentaire à l’école privée catholique Sainte Bernadette de Nguéniène avant de rejoindre le collège privé laïc Mboutou Sow de Kaolack.

Orphelin total à l’âge de 11 ans, il s’incorpore plus tard dans l’armée, puis dans la gendarmerie, corps dans lequel il a été adjudant-chef.


Jean-Dip Ndiaye qui a commandé quelques brigades territoriales a également servi aux Nations Unies où il a obtenu la Médaille d’Or de l’institution internationale.

MK/PON