’’Laboratoire d’innovation’’ : Des jeunes outillés pour trouver des solutions aux questions de développement durable
APS
SENEGAL-AFRIQUE-SOCIETE

’’Laboratoire d’innovation’’ : Des jeunes outillés pour trouver des solutions aux questions de développement durable

Dakar, 30 nov (APS) – Durant un mois, cinquante-cinq jeunes talents ont pris part récemment au ’’Laboratoire d’innovation’’, un programme visant à donner aux jeunes, les outils, l’espace et les ressources nécessaires pour développer des idées et créer des solutions concrètes aux questions clés pour le développement, a appris l’APS. 
 
Initié par l’ONG Save The Childen en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères du Danemark, sous l’impulsion de l’ANIDA, ce programme de capacitation était axé autour des Objectifs de Développement Durable (ODD).
 
Ainsi, durant un mois, ces jeunes en provenance du Sénégal, du Mali, du Burkina Faso et du Niger, répartis en onze équipes, ont travaillé sur des projets susceptibles de relever les défis auxquels font face les pays du Sahel en s’appuyant sur la dynamique de l’innovation et du développement des jeunes.
 
Les trois meilleurs projets ont été sacrés lors d’une cérémonie virtuelle de clôture axée sur ‘’l’innovation jeunesse, dialogue et paix’’.

Cette plateforme publique a réuni plus de trois-cents personnes, des acteurs de l’écosystème entrepreneurial du Sahel, représentants d’entreprises d’ONG, d’institutions académiques, d’organisations internationales et de représentants de gouvernements.
 
Selon la chargée de communication de Save the Childen, Anta Ndiaye, ce programme qui s’inscrit dans la cadre de la mise en œuvre du projet de formation aux métiers et compétences essentielles à la vie, USAID-Passerelle (2018-2023), dans son volet autonomisation des jeunes, qui en est à sa première édition, sera pérennisé dans les années à suivre.
 
A l’en croire, il aura permis aux participants, le passage à l’échelle des innovations à fort impact socioéconomique en apportant des réponses aux défis des pays de l’Afrique de l’Ouest, dont ceux relatifs aux questions démographiques, aux changements climatiques, au développement humain, à l’éducation, à l’autonomisation des femmes et à la création d’emplois.
 
Elle a indiqué par ailleurs que les trois meilleurs projets ainsi sélectionnés par le jury, vont bénéficer d’un financement en vue de leur concrétisation après incubation de leurs porteurs.
 
’’Ils nous ont appris une méthodologie pour passer de l’idée à la mise au point d’un projet avec cinq phase : l’élaboration du problème, la phase d’idéation, la phase du prototypage, la phase du test et la phase de l’implémentation du problème’’, a pour sa part témoigné Seynabou Ndiaye, ingénieur agronome.
 
Cette diplômée en sécurité alimentaire et nutritionnelle a, dans le cadre de programme de formation, travaillé avec son équipe pluri nationaliste, sur un projet relatif à l’adaptation des populations au changement climatique.
 
Selon elle, à travers ces cartes d’activités, ils ont eu à ’’expérimenter’’ cette méthodologie, et à s’en accaparer. Ce qui leur a permis, a-t-elle dit, de développer d’autres compétences telles que la capacité d’adaptation et le management en équipe.
 

MK/ADL/OID