Fode Seck salue la
APS
MONDE-ONU-COOPERATION-SECURITE

Fode Seck salue la "vitalité" de la coopération entre l’OCI et l’ONU

+++De l’envoyée spéciale de l’APS : Mansoura Fall+++


New York (Etats-Unis), 18 nov (APS) - L’ambassadeur Fodé Seck, représentant permanent du Sénégal auprès des Nations Unies a salué la "vitalité" de la coopération entre l’Organisation pour la coopération islamique (OCI) et le Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme estimant cependant que "le tout sécuritaire n’est plus adapté" à la lutte contre l’extrêmisme violent.


"Le tout sécuritaire n’est plus une solution adaptée pour venir à bout du fléau du terrorisme car quelque soit le nombre de terroristes éliminés physiquement, l’idéologie qui sous-tend leur action survivra longtemps si cette idéologie n’est pas déconstruite" a-t-il dit.

Fodé Seck s’exprimait, jeudi, à l’occasion d’une session au Conseil de sécurité sur la coopération entre l’ONU et l’OCI face à l’ideologie extrémiste sous l’initiative du Sénégal.

Selon lui, "l’ampleur actuelle et les nouvelles formes de terrorisme rendent ce combat encore plus complexe et commandent que les Etats, les organisations internationales et la société civile adaptent mieux leur stratégie et leur méthode de lutte".

"L’OCI, porte-voix du monde musulman qui a payé un lourd tribu au terrorisme, demeure plus que jamais interpellé" a souligné le diplomate sénégalais qui occupe acuellement le siège de président du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Fodé Seck a salué la "vitalité" des deux organisations qui partagent les mêmes idéaux de paix, de sécurité et de developpement à travers la tenue, depuis 25 ans, de réunions bi-annuelles de coordination dont la dernière a eu lieu en mai 2016 à Genève.

Les deux instituions ont travaillé étroitement à la restauration de la paix et de la sécurité, a estimé M. Seck, ajoutant que "la relation OCI-ONU couvre tous les domaines de coopération dont notamment le dialogue interculturel, la lutte contre l’extremisme violent et le terrorisme".

Le diplomate a en outre appelé les oulémas, érudits et autres intellectuels du monde à jouer "un grand rôle" dans le travail de déconstruction idéologique qui nécessite une interaction dynamique avec la jeunesse, les femmes et toutes les couches vulnerables pour faire passer "le message de paix et de modération".

Le représentant permanent du Sénégal auprès des Nations Unies a indiqué que "cette stratégie préventive" semble plus appropriée et occupe une place importante dans l’agenda des deux organisations.

MF/PON