Plaidoyer pour la mise en place d’un cloud privé au ministère des Finances
APS
SENEGAL-ECONOMIE-TIC

Plaidoyer pour la mise en place d’un cloud privé au ministère des Finances

Dakar, 7 déc (APS) - Wane Koura Kane, directrice du traitement automatique de l’information au ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, a préconisé la mise en place d’un cloud privé au sein de ce département ministériel, une innovation informatique qui permettrait d’optimiser les investissements. 
 
"Il faut mettre un œuvre un cloud privé du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan où tous les systèmes pourraient être accessibles en ligne afin d’optimiser l’investissement", a-t-elle dit lors d’un panel sur l’amélioration de la qualité du service à l’usager, à l’occasion de la Foire internationale de Dakar (FIDAK, 24 nov-9 décembre).
 
Selon un site spécialisé, le cloud computing est un modèle permettant "un accès omniprésent, pratique et à la demande à un réseau partagé et à un ensemble de ressources informatiques configurables (comme par exemple : des réseaux, des serveurs, du stockage, des applications et des services) qui peuvent être provisionnées et libérées avec un minimum d’administration".
 
Cette plateforme devra être partagée avec tout le monde et sécurisée à moindre coût, selon Mme Kane.
 
"Si chaque entité devait développer ses applications mobiles sur des plateformes sectorielles, il est important d’investir sur les mêmes coûts pour assurer la sécurité", a-t-elle expliqué. 
 
Si les plateformes sont consolidées, a indiqué Wane Koura Kane, "un cloud privé favorable au ministre de l’Economie, des Finances et du Plan optimiserait également les investissements pour le département, avec la satisfaction requise de l’usager sénégalais".
 
Elle souligne que "le défi majeur reste le développement des applications mobiles au service de l’amélioration de la qualité à l’usager", en vue de "garantir ces services en termes de sécurité et de protection de données personnelles". 
 
"Il est important que cette sécurité soit réunie pour satisfaire l’usager, en inscrivant dans une dynamique de consolidation des infrastructures d’ébergement des systèmes informatisés", a-t-elle ajouté. 
 
"Etant donné que nous sommes une entité informatique, il s’agit pour nous de démontrer les possibilités offertes par les applications mobiles dans le contexte de l’amélioration de la qualité des services aux usagers", a précisé Mme Kane. 
 
L’usager désir en ces jours, a-t-elle ajouté, de mener ses démarches administratives en distance avec la qualité qu’il faut et la sécurité requise. 
 
Les applications mobiles "demeurent un moyen incontournable de satisfaction des exigences de qualité de service des usagers", a pour sa part soutenu l’ingénieur informaticien de la DTAI, Soda Fall.
 
Aussi ces exigences doivent-elles "se manifester en termes de performance de mobile et d’optimisation des coûts", a poursuivi Mme Fall.
 
Dans cette perspective, a-t-elle conclu, la promotion et l’utilisation des applications mobiles "nécessitent la mise en œuvre d’une véritable politique de sécurité favorable à la qualité attendue et à l’optimisation des investissements". 
 

AMN/BK