Fatimata Zahra Niass avait toutes les vertus d’une bonne femme musulmane (témoignages)
APS
SENEGAL-NECROLOGIE-TEMOIGNAGES

Fatimata Zahra Niass avait toutes les vertus d’une bonne femme musulmane (témoignages)

Kaolack, 1-er juil (APS) - Seyda Fatimata Zahra Niass, fille ainée du guide de la fayda tidiane Cheikh Ibrahima Niass dit Baye, possédait toutes les vertus d’une bonne femme musulmane, selon plusieurs témoignages au lendemain de sa disparition, mardi, à l’âge de 96 ans.
 
"Seyda Fati était plus qu’une sœur mais une mère pour moi", a déclaré sa sœur cadette, Seyda Rokhaya, sur les ondes de la radio ’’Al Fayda FM’’. 
 
Elle rappelle que son père, Baye Niass, l’avait confiée à Seyda Fati depuis leur enfance.
 
"Elle est l’ainée et la première à suivre le droit chemin. Elle était notre référence pour sa droiture et son respect des prescriptions de la religion musulmane", témoigne-t-elle. Elle affirme "être la plus à plaindre pour avoir perdu une mère".
 
"Seyda Fati disait que nous étions toutes ses sœurs, mais que j’étais pour elle un cas particulier pour l’amour qu’elle me vouait", souligne Seyda Rokhaya, la voix étreinte par l’émotion.
 
Le fils de Seyda Rokaya, Cheikh Tidiane Niang, rappelle qu’au décès de Hassan Cissé, imam de la grande mosquée de Médina Baye (Kaolack), "il était revenu à [sa] mère de lui donner la mauvaise nouvelle".
 
"Ce jour, Seyda Fati a recommandé à ma mère Seyda Rokaya de s’occuper d’elle si elle disparaissait avant elle", confie Serigne Cheikh Tidiane Niang. Il a insisté sur le charisme de la défunte qui faisait l’unanimité sur ses qualités.
 
Imam Cheikh Tidiane Cissé, actuel imam de la même mosquée, souligne que "Baye Niass avait écrit une lettre à Serigne Aliou (Cissé, mari de la défunte), pour lui dire que Seyda Fatima était une femme à classer parmi les meilleures que la religion musulmane ait connues".
 
"Je ne le dis pas parce que c’est ma fille, mais vous vous en rendrez compte", avait selon lui prédit Baye Niass dans cette lettre adressée à son fidèle compagnon, Serigne Aliou Cissé, à qui il venait de donner la main de sa fille ainée.
 
Seyda Fatimata Zahra Niass, née en 1924, sera inhumée cet après-midi, après la prière de Takussan (’Asr, 17h).
 
La décision d’enterrer Seyda Fatimata Zahra Ibrahima Niass (1924-2020) le surlendemain de son rappel à Dieu répond, selon Cheikh Tidiane Aliou Cissé, au besoin de permettre "à tous les fidèles qui le veulent de prendre part à la prière mortuaire et d’accompagner la défunte à sa dernière demeure".

AMD/ASG/BK