Emmanuel Macron appelle à
APS
FRANCE-ONU-DIPLOMATIE

Emmanuel Macron appelle à "refonder le multilatéralisme"

De l’envoyé spécial de l’APS, Pape Ousmane Ngom

New York, 19 sept (APS) – Le président français Emmanuel Macron a appelé, mardi, à New York, à "refonder le multilatéralisme" de manière à ne plus "laisser la voix du plus fort l’emporter" lors des échanges concernant les questions d’intérêt international.
 
"Le défi actuel est de refonder le multilatéralisme parce que tous les défis sont mondiaux. Il s’agira alors de ne plus laisser la voix du plus fort l’emporter", a dit M. Macron à l’ouverture du débat général de la 72ème assemblée générale des Nations unies.
 
"Il faut faire revenir les valeurs universelles de l’Organisation des Nations unies, rebâtir le multilatéralisme, non pas parce que c’est un mot confortable, mais parce qu’il s’agit de l’échange entre les peuples et la construction de la paix", a ajouté le chef de l’Etat français, plaidant pour "une ONU plus agile et plus efficace".
 
S’exprimant à la tribune des Nations unies comme le porte-parole des "voix oubliées", Emmanuel Macron a appelé ses pairs à "écouter les voix des opprimés parce que leur vie engage les nôtres".
 
Il a évoqué les souffrances des victimes des bombardements en Syrie, du terrorisme djihadiste, des "attentats aveugles" au Sahel, des réfugiés, des migrants et des quelque 4.000 Rohingyas persécutés en Birmanie.
 

Macron a invité les Nations unies à venir en aide aux Rohingyas.


Parlant des attaques djihadistes en Afrique, le président français a appelé les Etats à "éradiquer le terrorisme par le renforcement des capacités nationales, afin que les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) puissent assumer leur propre sécurité".

"La protection des réfugiés est un devoir moral et politique. Il faut aider les pays d’origine et de transit à mieux gérer les flux" de réfugiés, a-t-il recommandé à ses pairs, promettant d’octroyer 0,55% du revenu national de son pays à l’aide publique au développement, "d’ici 5 ans".
 
"Nous voulons que cette aide publique arrive sur le terrain de manière simple et efficace", a ajouté M. Macron, qui prend part à l’assemblée générale des Nations unies pour la première fois en tant que chef d’Etat.
 
Les Etats doivent investir dans l’éducation pour "combattre l’obscurantisme", a-t-il dit, évoquant la tenue d’une réunion internationale prévue à Dakar, en février 2018, sur la prise en charge des questions sociales comme moyen d’éradication du terrorisme djihadiste.
 
"Il faudra également investir dans la santé et soutenir la place des femmes dans la culture et la liberté d’expression", a proposé M. Macron.
 
Concernant le réchauffement climatique, "la nature nous rappelle à l’ordre et elle ne négocie pas", a-t-il averti, assurant que "la France ne reculera pas" en ce qui concerne la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat, un accord conclu en novembre 2015.

PON/ESF