Diourbel : les communautés invitées à s’approprier la loi criminalisant le viol et la pédophilie
APS
SENEGAL-JUSTICE

Diourbel : les communautés invitées à s’approprier la loi criminalisant le viol et la pédophilie

Diourbel, 10 nov (APS) - Maguette Niane Sèye, responsable régionale du projet "Voix et leadership des femmes" au niveau de la zone centre, a recommandé mardi aux communautés de s’approprier la loi criminalisant le viol et la pédophilie afin que les autorités compétentes puissent la mettre en œuvre convenablement pour réduire ces phénomènes.
 
"Cette loi que l’on veut vulgariser est un grain d’espoir parce que si les communautés s’approprient la loi, les autorités compétentes la mettent en œuvre convenablement, cela peut réduire [ces deux phénomènes]", a-t-elle dit au cours d’un atelier de lancement du projet "Xamlé li yoon wax ci sakou nitte".
 
Ce projet vise une sensibilisation accrue, en vue d’une meilleure appropriation du contenu de la récente loi criminalisant le viol et la pédophilie.
 
En plus de criminaliser les infractions de viol et de pédophilie, la nouvelle loi durcit les sanctions encourues par les auteurs d’actes de harcèlement sexuel ou d’attentat à la pudeur. Ils seront désormais jugés par la chambre criminelle et risquent des peines pouvant aller
jusqu’à la réclusion à perpétuité.
 
Compte tenu des charges très lourdes qui pèsent sur les auteurs de tels actes, a-t-elle déclaré, il devient urgent d’accompagner cette loi d’une campagne de sensibilisation, d’information et de communication.
 
"Nous tendons la main aux autres organisations de femmes, de jeunes, aux services de l’Etat, aux ONG, pour ensemble relever le défi de la mobilisation communautaire indispensable à la réussite d’un tel projet", a quant à elle indiqué Daba Diouf, présidente du groupement des femmes pour le développement de Diourbel (GFDD).
 
Il s’agira d’organiser des causeries sous forme de débats interactifs dans les différents quartiers avec les enfants, les jeunes, les personnes vivant avec un handicap et les adultes dont le leadership et l’engagement communautaire sont reconnus au niveau local, a-t-elle fait savoir.
 
Prenant part à cette rencontre, le substitut du procureur du tribunal de grande instance de Diourbel, Amadou Seydou Diao, a salué cette "bonne initiative".

"Le viol et la pédophilie ont été criminalisés et les peines ont été corsées par rapport à leur nature. Au-delà de l’emprisonnement, il y a également d’autres sanctions accessoires telles que la dégradation civique (…)", a-t-il souligné.
 
Le représentant du ministère public a expliqué à l’assistance l’ensemble des peines encourues, qui varient de 10 ans à la perpétuité.
 
Concernant la situation dans la région de Diourbel, Amadou Seydou Diao, a révélé qu’il y a "beaucoup de cas pendants devant les cabinets d’instruction (…)", avec "un bon nombre de dossiers qui ont trait à des questions de viol et de pédophilie".
 
Il a relevé que pour plusieurs cas de viol, des dénonciations n’ont pas été faites ou l’ont été de manière tardive.
 
"On n’a pas encore une audience de chambre criminelle où un cas de viol a été jugé", a informé le substitut du procureur de Diourbel. 
 
 

FD/ASG/BK