Dialyse : l’Etat conscient de la nécessité de résorber la liste d’attente
APS
SENEGAL-SANTE

Dialyse : l’Etat conscient de la nécessité de résorber la liste d’attente

Dakar, 12 mars (APS) - L’Etat sénégalais a pris la mesure de la nécessité de mettre sous dialyse les patients qui attendent encore de pouvoir bénéficier ce traitement et va poursuivre l’augmentation des capacités d’offre de dialyse dans le pays, a affirmé le ministre de la Santé et de l’Action sociale. 
 
Les différentes actions entreprises par les pouvoirs publics ont permis à ‘’près de 686 patients’’ de bénéficier ‘’régulièrement et efficacement de la dialyse’’, a relevé Abdoulaye Diouf Sarr, dans une déclaration à l’occasion de la Journée mondiale du rein. 
 
Malgré ces résultats, le ministre de la Santé souligne que ‘’nous restons conscients de la nécessité d’absorber les patients de la liste d’attente’’. Il indique que ‘’l’État s’engage à poursuivre ses efforts pour augmenter les capacités d’offre de dialyse au niveau du territoire’’.
 
Il a évoqué à cet égard ‘’la signature de conventions entre l’État et les centres privés de dialyse, qui a permis de renforcer l’offre de soins’’, ainsi que ‘’’l’imminence de l’effectivité de la transplantation rénale’’.
 
Il affirme que son département ‘’est conscient qu’à côté de la mise en place d’infrastructures, il est important d’assurer la prise en charge correcte de certaines maladies non transmissibles qui ont comme complication l’insuffisance rénale chronique’’. Il a signalé à cet effet la mise en œuvre en cours d’un plan de communication et de renforcement de capacités des prestataires de santé.
 
Il a rappelé qu’en plus des efforts dans le domaine de la dialyse, le processus de mise en place de la transplantation rénale a été enclenché.
 
Cette pratique devrait être connaître une impulsion rapide, grâce à l’arrêté portant sur l’octroi, la suspension et le retrait d’agrément des établissements publics de santé pour la transplantation rénale avec donneur vivant, a-t-il déclaré.
 
Abdoulaye Diouf Sarr soutient que la maladie rénale chronique représente ‘’un réel problème de santé publique, pour tous les pays du monde, avec un taux de mortalité élevé, surtout dans les pays en voie de développement’’. 
 
‘’Au Sénégal, précise-t-il, les données hospitalières de janvier 2020 font état de 686 patients dialysés dans le public contre 319 en fin 2018, et de 273 dans le privé.’’
 
Il évoque une ‘’amélioration de l’accessibilité géographique de la dialyse au niveau des capitales régionales et dans certaines grandes villes’’. Le Sénégal dispose, dit-il, de 25 centres de dialyse, ‘’dont ceux de Kolda, Sédhiou, Kaffrine, Ndioum qui seront bientôt inaugurés’’. 
 
Il rappelle que ‘’la gratuité de la dialyse dans le service public est devenue également une réalité depuis quelques années’’.
 
‘’La santé rénale pour tous et partout : de la prévention au dépistage en passant par l’accès équitable aux soins’’ est le thème de l’édition 2020 de la Journée mondiale du rein.

ASG