Détenus décédés à Rebeuss : l’ONLPL s’est autosaisi, une équipe d’observateurs déjà à l’oeuvre (communiqué)
APS
SENEGAL-JUSTICE-DROITSHUMAINS

Détenus décédés à Rebeuss : l’ONLPL s’est autosaisi, une équipe d’observateurs déjà à l’oeuvre (communiqué)

Dakar, 30 août (APS) - L’Observatoire national des lieux de privation de liberté (ONLPL) annonce avoir envoyé "une équipe d’observateurs délégués permanents", à la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Rebeuss suite au décès de deux personnes détenus dans cette prison, une affaire dont il dit s’être autosaisi.

"Suite aux décès en détention, de Cheick Ndiaye et de Babacar Mané, à la Maison d’Arrêt de Rebeuss, l’Observateur National des Lieux de Privation de Liberté (ONLPL), s’est autosaisi", annoncent ses services dans un communiqué. 

Ces deux détenus de la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Rebeuss sont décédés suite à une bousculade causée par une avarie électrique, dans la nuit de mardi à mercredi.
 
L’Observateur national des lieux de privation de liberté (ONLPL), Josette Marceline Lopez Ndiaye, a dans ce cadre "dépêché les 29 et 30 août 2019 sur les lieux à Rebeuss, une équipe d’observateurs délégués permanents". 
 
"Cette équipe composée d’un commissaire divisionnaire de police à la retraite, d’un inspecteur d’administration pénitentiaire à la retraite, d’un colonel de gendarmerie à la retraite et d’un expert en Droits de l’Homme, avait pour mission de constater et ouvrir une enquête sur les faits allégués. Au terme de cette mission, un rapport sera dressé et envoyé aux autorités compétentes", précise le communiqué.
 
Il rappelle que L’Observateur national des lieux de privation de liberté "est un mécanisme national de prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants que l’Etat du Sénégal a mis en place, par la loi 2009-13 du 02 mars 2009, conformément au protocole additionnel (OPCAT) à la convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, qui oblige tout Etat-partie à créer un tel mécanisme sur son territoire".
 
"Sa mission consiste à contrôler tous les lieux où peut se trouver une personne privée de liberté afin de s’assurer de sa condition de prise en charge, de son transfèrement et du respect de ses droits fondamentaux", peut-on lire.
 

SMD/BK