Désenclavement de Matam : le préfet salue les efforts de l’Etat
APS
SENEGAL-SOCIETE-INFRASTRUCTURES

Désenclavement de Matam : le préfet salue les efforts de l’Etat

Matam, 15 oct (APS) - Le préfet du département de Matam Souleymane Ndiaye a souligné jeudi les efforts de l’Etat dans le désenclavement de cette zone, à travers notamment Promovilles, le Programme de modernisation des villes dont les réalisations vont selon lui conduire bientôt au désenclavement du Dandé Mayo. 
 

"Aujourd’hui, c’est PROMOVILLES, nous nous acheminons vers le désenclavement du Dandé Maayo. Des études ont été bouclées ainsi que le financement des travaux de la Route nationale numéro 2 qui seront livrés dans six mois’’, a-t-il déclaré.
 
Le Dandé Mayo désigne plusieurs localités situées le long du fleuve Sénégal et dans la région de Matam principalement.
 
Le préfet du département a fait ces déclarations au cours d’un atelier de sensibilisation et d’information sur la protection de l’environnement dans le cadre des travaux engagés par PROMOVILLES dans la commune de Matam.
 
 
"Donc, avec les efforts fournis par l’Etat du Sénégal, nous constatons que la commune de Matam n’est pas en reste parce qu’elle étrenne une voirie urbaine bien éclairée et une digue réalisées par le programme PROMOVILLES’’, a relevé Souleymane Ndiaye.
 
Maintenant, a-t-il ajouté, il faudra que les acteurs locaux, de concert avec les populations, "puissent mériter ces efforts fournis par l’Etat du Sénégal en préservant l’environnement et ces ouvrages en termes d’occupation anarchique et en termes même de protection de ces ouvrages, en évitant le maximum d’accidents (...)’’.
 
Pour ce faire, "il faut sensibiliser les populations, et personne ne doit être en reste’’, a rappelé le préfet du département de Matam, en rappelant la promesse du président de la République de dégager 22 milliards de francs CFA pour la construction d’un hôpital à Ourossogui en plus de 4 milliards qui seront affectés à la réhabilitation de celui de Matam.
 
Birahim Fall, chargé de projet PROMOVILLES, a insisté sur l’importance de cet atelier, estimant qu’on "ne peut pas construire des ouvrages à hauteur de milliards qui doivent bénéficier d’une certaine pérennité’’, sans que "la population ne soit sensibilisée par rapport à cela, parce qu’elles sont les véritables acteurs après la livraison de ces ouvrages (...)’’.
 
Selon lui, cet atelier de sensibilisation va se prolonger avec des visites à domicile, des émissions radio, des transmissions communautaires en vue de mieux "sensibiliser les populations’’ concernant l’accessibilité des routes, la gestion des ordures ménagères relativement aux bonnes pratiques sur la route, des initiatives dont "l’impact serait quand même de pouvoir capitaliser et participer à la pérennité de ces ouvrages".
 

ADS/BK/MD