Promotion de l’enregistrement à l’état civil : des supports remis à des acteurs de Diourbel
APS
SENEGAL-SOCIETE

Promotion de l’enregistrement à l’état civil : des supports remis à des acteurs de Diourbel

Diourbel, 10 oct (APS) - Des supports de communication ont été mis mercredi à la disposition de membres du commandement territorial et de représentants des comités départementaux de protection de l’enfance de Diourbel (centre) dans le cadre d’une campagne de promotion de l’enregistrement à l’état civil, a constaté l’APS.

Ces documents ont notamment été remis à ces acteurs locaux par la Direction de l’état civil dans le cadre du déroulement d’activités liées à la deuxième phase de la campagne de communication pour la promotion de l’enregistrement des faits d’état civil.

’’L’état civil fait partie des grands chantiers de l’Etat qui a consenti beaucoup d’efforts humains et financiers. C’est une question très sensible bien que les gens n’y accordent pas beaucoup d’importance’’, a souligné Birahim Ndiaye, adjoint du Directeur de l’état civil, lors de la cérémonie officielle de remise.

Selon lui, la Direction de l’état est en partenariat avec l’UNICEF qui chaque année appuie à hauteur d’une centaine de millions de francs la mise en œuvre de cette campagne de communication et de sensibilisation.

‘’L’information des faits d’état civil est une étape dans le vaste chantier de la modernisation du secteur. L’objet est à terme de pouvoir rendre accessible l’état civil au citoyen partout où il se trouve juste en se connectant à un réseau informatique’’, a ainsi indiqué M. Ndiaye.

‘’L’Etat veut former les agents au métier d’état civil afin d’éviter les erreurs notées dans la prise en charge de cette question. Ce qui va également permettre à ces agents d’intégrer la Fonction publique locale’’, a assuré le directeur adjoint de l’état civil.

Il a, à cet égard, réaffirmé l’engagement de l’Etat à démarrer dès 2019 un programme d’urgence de la modernisation de l’état civil financé par la Banque africaine de développement (BAD), et un autre de renforcement de la biométrie avec l’appui de l’Union européenne.

Il a ajouté : ‘’La question de l’état civil est fondamentale. Les centres doivent être en mesure de fournir des données fiables pour faciliter le travail des pouvoirs publics. L’état civil doit être une priorité pour tous les citoyens afin que les enfants qui naissent puissent être bien répertoriés et que l’Etat puisse avoir des données statistiques permettant de mener à bien ses politiques’’.

’’Nous avons souvent tendance à oublier que les décès et les mariages doivent être enregistrés pour éviter les conflits sociaux mais aussi permettre à l’Etat d’économiser des milliards sur des dépenses de recensement des populations’’, a fait valoir Ibrahima Ndiaye.

FD/AKS/OID