Des jeunes s’engagent à lutter contre les mariages précoces
APS
SENEGAL-AFRIQUE-SOCIETE

Des jeunes s’engagent à lutter contre les mariages précoces

Dakar, 25 oct (APS) - De jeunes sénégalais, maliens et bissau-guinéens se sont engagés vendredi à Dakar à lutter contre le mariage des enfants.

’’Nous ne voulons plus voir d’enfants mariés et nous nous engageons pour que cela n’ait plus lieu’’, ont-ils déclaré à l’occasion d’un ’’Dialogue international entre jeunes leaders et décideurs’’ sur le mariage des enfants organisé par la CEDEAO en collaboration avec le Plan international.

Ce groupe de jeunes activisites s’est engagé dans une perspective de ’’lutte contre les mariages forcés en Afrique de l’Ouest et du centre’’.
 
Ces jeunes ont invité les parents à prendre en compte les conséquences d’un mariage précoce qu’ils doivent bannir pour ’’permettre à leurs enfants d’avoir le choix sur leur avenir’’. 
 
Pour Sokhna Thiam, jeune paneliste, ’’le mariage précoce est un phénomène préoccupant qui est à l’origine de déperdition scolaire, affecte la santé mentale de l’enfant (...)’’.
 
Entre chants, échanges avec les autorités et projection de vidéo sur le mariage des enfants, les jeunes panelistes ont fait part de leur détermination à ’’mettre fin au mariage des enfants en Afrique de l’Ouest et du centre’’.
 
La ’’’Dialogue international entre jeunes leaders et décideurs’’ s’inscrit dans le cadre du projet ’’Jeunes leaders contre le mariage d’enfant’’.

Cette initiative frontalière qui a démarré en avril 2018 a pour objectif de ’’promouvoir le renforcement du leadership des jeunes et de leurs organisations afin qu’ils puissent s’engager pour la réalisation de leurs droits en général et des droits des filles en particulier’’.
 
Le projet élaboré en deux phase vise à ’’soutenir les jeunes dans leur objectif de mettre fin au mariage des enfants’’, en renforçant leurs capacités et en les accompagnant dans leurs actions de plaidoyer et de sensibilisation de la société. 
 
Selon le directeur de la Protection de l’enfance, Niokhobaye Diouf, qui a ’’salué l’évènement’’, la question du mariage précoce ’’engage la question du développement humain’’.
 

NON/OID