Des experts réfléchissent sur l’harmonisation du plan national d’action du MAEP
APS
SENEGAL-AFRIQUE-ADMINISTRATION

Des experts réfléchissent sur l’harmonisation du plan national d’action du MAEP

Dakar, 28 jan (APS) - Plusieurs experts africains sur la bonne gouvernance, des officiels ainsi que des élus sénégalais prennent part aux travaux d’un atelier technique sur l’harmonisation du plan national d’action du mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), ouvert mardi à Dakar, a constaté l’APS.


‘’J’encourage les membres de la commission nationale de gouvernance, qui ont eu l’heureuse initiative d’organiser cet important atelier, en partenariat avec mon département et le secrétariat continental du MAEP, à poursuivre les efforts de réflexion et d’appui à la mise en œuvre des politiques publiques’’, à indiqué Me Malick Sall, Garde des Sceaux, ministre de la Justice.

Il présidait l’ouverture de cet atelier technique auquel prennent part plusieurs experts, des officiels et élus sénégalais ainsi que des représentants d’Institutions internationales basées à Dakar.

‘’Je voudrais également encourager la poursuite du partenariat entre le MAEP et la Fondation africaine de renforcement des capacités qui constitue un excellent levier de mise à niveau de nos administrations engagées dans la promotion de la Bonne gouvernance’’, a-t-il ajouté.

Il a aussi invité les participants à cette rencontre d’une journée à organiser des échanges ‘’très fructueux’’ sur la stratégie de mise en œuvre du plan d’action national, pour ainsi créer les conditions d’une meilleure appropriation des recommandations du rapport qui sera issu des travaux de l’atelier.

Le mécanisme africain d’évaluation par les pairs est un instrument d’autoévaluation de la gouvernance crée en 2003, auquel adhèrent les Etats membres de l’Union Africaine (UA), indique un document remis aux participants de cette rencontre.

La même source précise que le principal objectif du MAEP est d’encourager l’adoption de politiques, normes et pratiques qui favorisent la stabilité politique, la croissance économique élevée, le développement durable et l’intégration économique sous-régional et continentale.

Elle ajoute que cela se fait par le partage d’expériences et le renforcement des meilleures pratiques y compris l’identification des lacunes et l’évaluation des besoins en matière de renforcement des capacités.
 
 

SG/MD