De 17 à 24 millions de personnes pourraient avoir besoin d’un assistance alimentaire en Afrique de l’Ouest et au Sahel
APS
SENEGAL-AFRIQUE-SOCIETE

De 17 à 24 millions de personnes pourraient avoir besoin d’un assistance alimentaire en Afrique de l’Ouest et au Sahel

Dakar, 23 mars (APS) - Le nombre de personnes dans le besoin d’une assistance alimentaire immédiate en Afrique de l’Ouest pourrait passer de 17 à près de 24 millions d’ici la prochaine période de soudure prévue entre juin et août prochains, a-t-on appris de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

"En Afrique de l’Ouest et au Sahel, près de 17 millions de personnes ont actuellement besoin d’une assistance alimentaire immédiate. Ce chiffre pourrait augmenter à près de 24 millions pendant la prochaine période de soudure qui interviendra entre juin et août 2021, si des mesures appropriées ne sont pas prises à temps", indique la FAO dans un communiqué.
 
Dans ce communiqué portant sur la première réunion virtuelle de l’Équipe Multidisciplinaire du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique de l’Ouest, l’institution onusienne rappelle que l’une des missions majeures "est d’apporter un appui aux pays, aux organisations économiques sous-régionales et aux organisations faitières de producteurs". 
 
"A cet effet, la FAO a préparé, par une approche participative, un cadre de programmation stratégique 2020-2025 qui est bâti autour de la transformation des systèmes alimentaires pour mieux répondre aux besoins des différents partenaires", ajoute-t-il.
 
La première réunion virtuelle de l’Équipe Multidisciplinaire du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique de l’Ouest, ouverte lundi à Abidjan (Côte d’Ivoire), "se tient alors qu’on observe que les mesures de lutte contre la crise de la Covid-19 ont sérieusement impacté les sources de revenus et les moyens d’existence des populations rurales et urbaines, limitant fortement leur accès à une alimentation saine et en quantité suffisante", signale la même source.
 
"La pandémie a également fragilisé l’accès aux marchés, aux pâturages, aux outils agricoles et aux semences des petits producteurs", ajoute le communiqué selon lequel les participants "ont discuté de la nécessité urgente de construire des systèmes agroalimentaires résilients face aux conflits, au changement climatique, aux ravageurs et aux maladies transfrontaliers".
 
L’accroissement de l’insécurité alimentaire, le ralentissement économique, le changement climatique, ainsi que les conflits liés aux effets de la pandémie de la Covid-19, étaient également au menu de cette 12e Réunion de l’Équipe Multidisciplinaire de la FAO.
 
 "Cette réunion est l’occasion de renforcer la cohésion pour une collaboration accrue et permettra également d’assurer une planification conjointe et une responsabilité mutuelle dans la conduite des actions visant à mettre en place des systèmes alimentaires résilients et à reconstruire en mieux après la crise de la Covid-19", a déclaré le ministre ivoirien de la Promotion de la Riziculture, Gaoussou Touré. 
 
Le Commissaire de la CEDEAO pour l’agriculture, l’environnement et les ressources en eau, Sékou Sangaré, a lui rappelé que "l’agriculture est un secteur stratégique pour lutter contre la pauvreté, créer de l’emploi et assurer l’approvisionnement des populations en denrées alimentaires".

BK/ASG