Coronavirus : ‘’la grande erreur’’ de ne pas porter de masque
APS
SENEGAL-SANTE

Coronavirus : ‘’la grande erreur’’ de ne pas porter de masque

Dakar, 31 mars (APS) – Vouloir se protéger du nouveau coronavirus (Covid-19) sans porter de masque est ‘’la grande erreur’’ commise dans plusieurs pays où la maladie est en train de sévir, déclare le scientifique chinois George Gao dans une interview publiée mardi sur le site internet du journal Le Monde. 
 
Durant la campagne de sensibilisation sur la maladie à coronavirus, certains spécialistes déconseillent le port du masque aux populations.
 
George Gao, le directeur général du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, ne partage pas leur avis.
 
‘’La grande erreur aux Etats-Unis et en Europe est, à mon avis, que la population ne porte pas de masque’’, a répondu M. Gao à la question du journal Le Monde de savoir quelles ont été les erreurs commises dans la lutte contre la maladie à coronavirus.
 
‘’Ce virus se transmet par les gouttelettes respiratoires, d’une personne à une autre. Les gouttelettes jouent un rôle très important, d’où la nécessité du masque – le simple fait de parler peut transmettre le virus’’, a-t-il expliqué.
 
George Gao ajoute, concernant l’utilité du masque : ‘’De nombreux individus atteints sont asymptomatiques, ou ne présentent pas encore de symptômes : avec un masque, on peut empêcher les gouttelettes porteuses du virus de s’échapper et d’infecter les autres.’’
 
Le scientifique chinois fait partie de la première équipe à avoir isolé et séquencé, en janvier dernier, le SARS-CoV-2, qui cause la maladie à coronavirus ou Covid-19.
 
M. Gao a aussi publié trois articles sur le Covid-19, dans la revue scientifique médicale britannique ‘’The Lancet’’.
 
Il recommande aux acteurs de la lutte contre le Covid-19 de privilégier la distanciation sociale.
 
‘’La distanciation sociale est la stratégie fondamentale dans le contrôle de toutes les maladies infectieuses, et plus encore des infections respiratoires’’, a-t-il répondu à la question de savoir quels enseignements peuvent tirer les autres pays de la gestion du Covid-19 par la Chine, le premier épicentre de cette maladie, fin 2019-début 2020.
 
‘’D’abord, nous avons déployé des ‘stratégies non pharmacologiques’, dans la mesure où nous ne disposons d’aucun inhibiteur ou médicament spécifique, ni de vaccin. Deuxièmement, il faut faire en sorte d’isoler tous les malades’’, a-t-il ajouté en réponse à la même question. 
 
‘’Troisièmement, placer en quarantaine les cas contacts : nous avons consacré beaucoup de temps à leur identification et à leur isolement. Quatrièmement, interdire tous les rassemblements. Et cinquièmement, restreindre les déplacements, d’où l’instauration de la quarantaine, ou ‘cordon sanitaire’, comme on dit en français’’, a poursuivi M. Gao.
 
‘’Parler de virus chinois est vraiment une mauvaise idée. Ce virus vient de la planète Terre. Il n’est pas l’ennemi d’un individu ou d’un pays en particulier : c’est notre ennemi à tous’’, a-t-il dit lorsque Le Monde lui a demandé ce qu’il pensait du nom de ‘’China virus’’ ou ‘’Chinese virus’’, le ‘’virus chinois’’ ou le ‘’virus de Chine’’, employé par le président américain Donald Trump pour désigner le nouveau coronavirus.
 
Le Covid-19 s’est répandu dans de nombreux pays où il a fait des milliers de morts.
 
Au Sénégal, 175 personnes ont été testées positives au coronavirus, et 40 d’entre elles ont recouvré la santé, selon le dernier bilan publié mardi 31 mars par le ministère de la Santé.
 

ESF/OID/ASG/MD