APS
SENEGAL-AFRIQUE-HISTOIRE

"Cheikh Anta Diop a travaillé pour la réhabilitation de l’Afrique", selon un universitaire

Dakar, 7 fév (APS) – L’historien sénégalais Cheikh Anta Diop (1923-1986) a été constant durant toute sa vie en travaillant sur la restitution de "la vérité historique", a soutenu mardi Aboubacry Moussa Lam, professeur titulaire d’égyptologie au département d’histoire de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. 
 
"Cheikh Anta est resté constant toute sa vie. Il a travaillé dans cette direction-là et tous ses travaux portent sur la réhabilitation de l’Afrique et la restitution de ce qu’il a appelé la vérité historique", a-t-il dit dans un entretien avec l’APS.
 
M. Lam, l’un des disciples de Cheikh Anta, indique qu’il s’est attaché durant toute sa vie à démontrer que l’Afrique avait une histoire. L’historien ajoute que non seulement Cheikh Anta Diop, dont l’anniversaire du décès est célébré ce mardi 7 févier, a réussi à démontrer que l’Afrique avait une histoire, mais il est aussi parvenu à inverser le paradigme des Occidentaux.
 
"Il a montré qu’on ne peut pas comprendre l’histoire des autres parties, si on ne part pas de l’histoire africaine. Donc, c’est l’Afrique le berceau de l’humanité, le berceau de la civilisation, le berceau de l’écriture, le berceau de la religion, etc.", a expliqué Pr Lam.
 
Cheikh Anta Diop, décédé le 7 février 1986 à l’âge de 62 ans, a travaillé sur l’historicité des sociétés africaines, l’antériorité de l’Afrique, l’africanité de l’Egypte et d’autres sujets de recherche.
 
Surnommé "Le Pharaon du Savoir" en raison de ses immenses connaissances à la fois d’historien, d’anthropologue et de physicien, "il a utilisé des auteurs classiques pour démontrer que l’Egypte était africaine et noire", a souligné Pr Aboubacry Moussa Lam.
 
Il affirme que Cheikh Anta fut "un Africain exceptionnel", rappelant qu’il ambitionnait, dans les années 1946, de suivre des études d’aéronautique en France. 
 
"Mais quand il a vu le traitement qui était réservé à la civilisation africaine, il a décidé de relever le défi. Et il a décidé de réorienter ses études pour faire les sciences humaines", a-t-il fait savoir.
 
C’est ainsi qu’en 1954 il était en mesure de produire son fameux livre "Nations nègres et culture", qui était en fait sa thèse de Doctorat qu’il n’a pu soutenir pour "des raisons idéologiques", a-t-il expliqué.
 
Le Pr Lam a rappelé que Cheikh Anta Diop l’a inspiré dans l’orientation de ses recherches en maîtrise. Et il est aujourd’hui considéré comme l’un de ses plus fervents disciples avec la publication de plusieurs ouvrages, parmi lesquels "Le Chemin du Nil", "La vallée du Nil berceau de l’unité culturelle de l’Afrique Noire", etc.

ASB/ASG