Bira Gaye Guèye donne le dernier coup de lime sur le tunnel de séchage, sa dernière invention
APS
SENEGAL-AGRICULTURE-TECHNOLOGIES

Bira Gaye Guèye donne le dernier coup de lime sur le tunnel de séchage, sa dernière invention

Dakar, 25 juin (APS) - L’inventeur sénégalais Bira Gaye Guèye, 67 ans, est en train de mettre la dernière main sur le tunnel de séchage, sa dernière invention destinée à accélérer le séchage de produits locaux, comme les noix d’anacarde et des légumes et fruits.
 
Le quotidien Le Soleil, qui en fait la révélation, décrit cette nouvelle trouvaille comme "une caisse de forme parallélépipédique […] posée sur une rampe bordée des deux côtés par des chaînes". Sur la partie supérieure de la caisse, en bas de laquelle un brûleur "injecte de l’air chaud dans le tunnel", est "accroché" un aspirateur, explique encore le quotidien national.
 
"L’invention réside dans le fait que nous pouvons sécher plus de quantité de produits agricoles comme les noix d’anacarde, des légumes et des fruits. Nous gagnons aussi plus de temps. En plus, la vitesse du tapis roulant est modulable en fonction des produits introduits. Nous séchons les alvéoles à œufs avec des papiers recyclés", a vanté le concepteur.
 
Le Soleil souligne que la nouvelle invention a été exposée au Salon du savoir africain, à la place du Souvenir. Il ajoute qu’elle a "déjà convaincu des producteurs africains". 
 
Le concepteur pour qui, "la vieillesse est un état d’esprit", travaille souvent à la mise au point de machines adaptées à l’évolution du secteur agro-alimentaire des pays africains.
 
Et il ne compte guère s’arrêter en si bon chemin, si l’on en croit Le Soleil, qui note que "son bio-digesteur est en phase de finition". D’après le journal, Bira Gaye Guèye "rêve de créer un cycle de production de l’énergie propre chez les restaurateurs de Dakar".
 
"Avec ce bio-digesteur, dit-il, nous pouvons produire, grâce aux résidus alimentaires, du gaz méthane qui a un pouvoir calorifique plus important que le gaz butane. Nous pouvons faire fonctionner un groupe électrogène. Donc, si nous mettons ce bio-digesteur à la disposition des restaurateurs et des restauratrices, ils pourrons faire beaucoup d’économie", promet-il.

Selon lui, les restaurateurs, qui "dépensent beaucoup pour l’achat et la recharge des bouteilles de gaz butane", pouvaient pourtant cuisiner avec les épluchures de légumes, des restes d’aliments, des viscères de poissons, etc.
 
Le Soleil indique que "le bio-digesteur sera couplé" à des toilettes écologiques. "Nous comptons installer plus de 5000 toilettes écologiques dans la banlieue. Nous pouvons à la fois produire de l’énergie et du compost", explique Bira Gaye Guèye.
 
Le technicien "s’intéresse à la mécanique, à l’électromécanique et à l’électronique" et "parle des principes de physique avec une certaine maîtrise et passion", remarque le quotidien national.

Décrit comme "un surdoué" par Mamadou Guèye, un fonctionnaire à la retraite, Bira Gaye Guèye, qui n’a pourtant pas fréquenté l’école française, parle "assez couramment français".

ASG/PON