Bignona : un plaidoyer pour replacer l’enfant au cœur des décisions
APS
SENEGAL-ENFANCE-FAMILLE

Bignona : un plaidoyer pour replacer l’enfant au cœur des décisions

Bignona, 21 nov (APS) – Les autorités administratives et locales ont plaidé, mardi à Bignona (Ziguinchor, sud), pour une implication effective des enfants dans les prises de décisions au niveau familial, en vue d’une meilleure protection de leurs droits.
 
‘’L’enfant est toujours là pour subir, obéir et accomplir (…) mais compte tenu de l’évolution et de la dynamique actuelle, l’enfant doit être centré au cœur des décisions prises au niveau familial et au-delà’’, a fait remarquer le préfet de Bignona, Amadou Lamine Guissé.
 
Il présidait mardi une cérémonie commémorative de l’anniversaire de la Convention des droits des enfants, à l’école Faye Coly de Bignona, en présence du maire Mamadou Lamine Keita, des autorités académiques, des représentants de l’UNICEF et d’autres acteurs de l’école.
 
‘’Les parents ont l’obligation d’écouter les enfants, de les observer et de les impliquer afin de pouvoir les orienter’’, a insisté le préfet de Bignona, en présence de plusieurs écoliers et de parents d’élèves.
 
Au cours de cette cérémonie, les enfants du département de Bignona ont interpellé les autorités et leurs parents à travers des déclamations de poèmes et des sketches, sur les questions de l’état civil, le travail des enfants, la violence, la démission des parents, le droit à l’éducation, la santé, entre autres.
 
‘’Nous avons écouté les enfants, mais nous sommes heureux que, dans ce département, il existe une bonne politique de l’enfance. Les enfants sont impliqués dans tout ce qui se fait pour le bien-être de la communauté’’, s’est félicité M. Guissé.
 
‘’Nous voulons vivre dans un monde où tous les enfants auront la possibilité de réaliser leur potentiel mis à rude épreuve par certaines pratiques néfastes qui impactent négativement sur la vie des enfants. Nous avons le droit d’être écoutés et entendus. Nous voulons participer à la vie au niveau familial et au niveau social’’, a déclaré la porte-parole des enfants, Mariama Diédhiou.
 
‘’En matière de protection des enfants, tout a été dit, tout a été inventé. Ce qui reste est de traduire tout cela en actes concrets (…) de grands pas ont été faits et enregistrés, mais les enfants continuent de souffrir chaque jour de violences, de maltraitance et d’exploitation et d’abandon moral’’, a regretté l’inspecteur de l’éducation et de la formation de Bignona 2, Malal Sané.
 
Le maire de Bignona, Mamadou Lamine Keita, a insisté sur la nécessité ‘’pour toutes les communautés et pour tous les services de se mobiliser davantage pour plus de protection et plus d’implication des enfants dans les prises de décisions’’.

MTN/ASG