Approvisionnement en moutons : Aly Saleh Diop satisfait après une visite du foirail de Missirah Wadène
APS
SENEGAL-TABASKI-PREPARATIFS

Approvisionnement en moutons : Aly Saleh Diop satisfait après une visite du foirail de Missirah Wadène

Missirah Wadène, 8 juil (APS) - Le ministre de l’Elevage et des Productions animales Aly Saleh Diop a fait part jeudi de sa satisfaction relative à la disponibilité en moutons pour la Tabaski et au niveau des prix appliqués, notamment au foirail de Missirah Wadène, dans la région de Kaffrine (centre).

"Ma satisfaction a été fondée sur le niveau des prix, et j’ai constaté que les prix ont varié entre 80 et 135 mille frans" CFA, a-t-il déclaré à la fin d’une tournée à Missirah Wadène, où il était venu évaluer le dispositif d’approvisionnement du marché et vérifier la disponibilité en moutons dans les foirails.
 
Cette tournée s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la Tabaski, la grande fête musulmane devant être commémorée vers le 20 juillet prochain.
 
"Les opérateurs eux-mêmes m’ont dit que ces prix, c’est du jamais vu malgré l’amélioration de la qualité du cheptel", a dit Aly Saleh Diop, selon qui le marché se trouve bien approvisionné en moutons et avec des prix jugés accessibles.
 
"Il ressort des informations que j’ai reçues que depuis le début de l’opération (Tabaski), 45 mille moutons ont transité en ces lieux, c’est dire son importance dans le cadre du dispositif d’approvisionnement en matière de moutons" en perspective de cette fête, a ajouté le ministre.
 
L’État a fait son devoir, "c’est-à-dire faire en sorte que les centres comme Missirah soient bien approvisionnés. Les opérateurs également ont joué leur partition en acheminant les moutons dans les points de vente", a-t-il fait valoir.
 
Il reste désormais aux consommateurs de "jouer leur rôle en participant au déstockage tout en évitant les achats de dernière minute", compte tenu des "risques" inhérents selon lui à une telle option.
 
Selon le ministre de l’Elevage et des Productions animales, les éleveurs gardant les moutons "sont obligés de les engraisser, ce qui va impacter sur les prix".
 
S’agissant des ressortissants maliens et mauritaniens travaillant dans ce domaine de concert avec des Sénégalais, il a dit s’être entretenu avec les personnes concernées. "Globalement, assure-t-il, on a noté une satisfaction de ces opérateurs-là depuis qu’ils sont sur le territoire" sénégalais, en termes de conditions de convoyage des moutons et des facilitations dont ils bénéficient.
 
Mais il subsistaient selon lui "quelques inquiétudes" concernant la sécurisation du cheptel à l’intérieur de Missirah Wadène. Il a assuré, sur ce point, que des mesures ont été prises pour apporter des réponses adaptées à ces préoccupations.

MF/BK/ASG