‘’Osons le courage’’ lancé pour arrêter les attaques contre les défenseurs des droits humains
APS
SENEGAL-AFRIQUE-DROITSHOMMES

‘’Osons le courage’’ lancé pour arrêter les attaques contre les défenseurs des droits humains

Dakar, 16 mai (APS) - La nouvelle campagne mondiale d’Amnesty International "Osons le courage’’, lancée ce mardi à Dakar, vise à mettre un coup d’arrêt aux attaques dont sont victimes les défenseurs des droits humains en Afrique de l’Ouest et du Centre, où 271 manifestants ont été tués depuis 2014.
 
‘’Les défenseurs des droits humains sont victimes d’attaques sans précédent avec des arrestations ciblées en Afrique de l’Ouest et du Centre. Les gouvernants doivent s’engager dans la défense des droits humains’’, a souligné François Patuel, chercheur d’Amnesty International en présentant lors d’une conférence de presse, la Campagne mondiale sur les défenseurs des droits humains. 
 
‘’On a noté un usage excessif de la force dans les manifestations où, en trois 3 ans depuis 2014, quelque 271 personnes ont été tuées, c’est-à-dire une personne meurt tous les cinq jours’’, a-t-il ajouté lors de cette rencontre qui a regroupé plusieurs acteurs de la défense des droits humains de la Mauritanie et du Sénégal.
 
La campagne ‘’Osons le courage’’ appelle les Etats de la région à reconnaître la légitimité des défenseurs des droits humains en respectant leur travail, en leur aménageant l’espace nécessaire à leurs activités et en les protégeant des menaces, selon un dossier de presse.
 
Rendu public à l’occasion de la cérémonie, le rapport ‘’Les voix critiques étouffées. Les défenseurs des droits humains en danger en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale’’ présente des éléments qui attestent du danger auquel sont confrontés les défenseurs des droits humains dans la région.
 
Concernant le Sénégal, le directeur exécutif d’Amnesty International, Seydi Gassama, indique qu’il y a "beaucoup de préoccupations", pointant des dispositions du Code pénal "l’atteinte à la sûreté de l’Etat, la diffamation, l’injure", qui "sont entre autres des délits qui n’existent plus dans beaucoup de pays’’.
 
‘’Ces dispositions du code pénal sont liberticides et peuvent être fatales aux défenseurs des droits humains’’, prévient, pour sa part, le présentateur de la campagne, François Patuel.
 
Depuis janvier 2014, Amnesty International a enregistré au moins 87 arrestations arbitraires de défenseurs des droits humains en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale.

En Mauritanie, rien qu’en 2016 , 13 militants anti-esclavagistes ont été traduits en justice pour des "charges controversées" et condamnés à des peines allant de trois à 15 ans d’emprisonnement. 
 
La Campagne sur les défenseurs des droits humains est une campagne mondiale lancée par le bureau régional et le bureau Sénégal, en partenariat avec la Coalition des organisations de défense des droits humains.

SKS/ASG