Aménagement du territoire : Thiès ’’bien servie’’ dans le PNADT (chef de service)
APS
SENEGAL-TERRITOIRES-AMAENAGEMENT

Aménagement du territoire : Thiès ’’bien servie’’ dans le PNADT (chef de service)

Thiès, 1-er juin (APS) - Thiès est bien servie en termes de structuration de son espace régional dans le cadre de la mise en oeuvre du Plan national d’aménagement et de développement du territoire (PNADT), a assuré, mardi, le chef du service régional de l’aménagement, Daouda Thiandoum.

’’La région de Thiès est bien servie en termes structuration de l’espace régional’’, a notamment dit le chef du service régional de l’aménagement du territorial, lors d’un comité régional de développement consacré à la vulgarisation de ce nouvel outil de planification élaboré par le gouvernement du Sénégal.

Daouda Thiandoum présentait le PNADT à des élus territoriaux, des membres de l’administration territoriale, à des chefs de service et à des organisations de la société civile, lors d’une rencontre présidée par Omar Guèye, ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires.

Le PNADT est un document jugé ‘’révolutionnaire’’ qui a été validé le 24 janvier 2020 lors d’un conseil présidentiel, après un long processus participatif d’élaboration, entamé depuis 2013.

Son objectif est d’assurer le développement du Sénégal à partir de ses territoires. A partir des critères démographiques, administratifs et géographiques de chaque région, il identifie une allocation des vocations de chaque zone.

Au total, 10 métropoles d’équilibre ont été identifiées, à travers le pays, pour soutenir Dakar, la métropole internationale. Deux de ces métropoles d’équilibre sont dans la région de Thiès : il s’agit de Thiès et Mbour.

La région compte aussi une métropole régionale, à savoir Tivaouane, qui vient soutenir ces métropoles d’équilibre. A cela, s’ajoutent sept villes secondaires, sur les des 47 identifiées à travers le pays. Parmi, celles-là, il y a Kayar, Mboro et Mékhé.

La région de Thiès abrite en outre, une zone horticole, couvrant notamment les Niayes, des zones destinées à l’exploitation minière, à l’élevage intensif, à la culture pluviale à cycle court, à l’élevage, à l’agroforesterie, au tourisme, à la pêche continentale, à la pêche maritime, à l’habitat et à l’agriculture périurbaine.

Le ministre Oumar Guèye s’est dit ‘’rassuré’’, à la fin du CRD, quant à l’ ‘’application stricte’’ de la déclinaison régionale du plan national, pour tous les projets et programmes qui viendront à Thiès.

L’urbanisation est un atout quand elle est maîtrisée, a dit Omar Guèye, selon qui, le PNADT vient justement organiser cette urbanisation.

Ce plan devrait aider à résoudre le cas de l’hypertrophie de Dakar. Avec 0,3% du territoire national, la capitale qui concentre 25% de la population, est confrontée à de ‘’gros problèmes’’. 

La raison en est que cette métropole internationale concentre ‘’80% de l’activité économique’’, les infrastructures hospitalières, universitaires, etc, a-t-il expliqué.

Les métropoles d’équilibre, situées à une ‘’distance correcte’’ de Dakar, vont aider à ‘’décongestionner’’ la capitale, le tout, dans un souci de planification et d’harmonie, a dit le ministre. Elles devront proposer aux populations ce qu’elles vont chercher à Dakar. 

Le PNADT cherche à anticiper l’évolution de la population nationale, que les prévisions projettent à 26.312.275 habitants en 2035, qui vont vivre sur une superficie de plus de 196.000 km2 restera statique, si elle n’est pas grignotée par les changements climatiques.

Le plan s’accompagne d’un ensemble d’outils déjà disponibles et qui peuvent dorénavant être utilisés par l’administration.

Il s’agit, entre autres, du visa de localisation, qui sera un préalable à l’installation de tout projet, du réseau géodésique national, composé de 157 bornes géodésiques, pour géo-référencer tous les projets, de la toponymie, de l’analyse diachronique, pour suivre l’évolution dans le temps de l’occupation du sol, etc.

Le maire de Tivaouane Mamadou Diagne Sy Mbengue a invité les préfets à organiser des foras, pour vulgariser en langue wolof, ce plan qui, selon lui, va contribuer à ’’révolutionner’’ le pays.
 

ADI/AKS/OID